Pandemrix, le vaccin 1000 fois plus dangereux que la grippe A

Publié le par Aleth


H1N1-money-aleth.jpg
 

 

Fin septembre, nous livrions les résultats de notre enquête à propos de la grippe porcine sous le titre de

Il convient aujourd’hui de compléter notre effort de prévention en pointant du doigt un vaccin précis, particulièrement suspect : le Pandemrix, fabriqué et commercialisé par le laboratoire anglais GlaxoSmithKline (GSK) et acheté à quelques millions de doses par cette bonne Roselyne Bachelot, avec l’argent de la Sécu.

Premier élément, Revoltes.net s’est appliqué à comparer les données européennes et françaises et conclut dans un billet titré Pandemrix : vaccin-miracle ou sérieux problèmes de pharmacovigilance ? Extrait : "Sur 860 000 vaccinations en France, on aurait dû s’attendre à "8,6" notifications de décès dans les heures suivant l’injection, si tout se passait comme ailleurs en Europe. Mais ce n’est pas le cas. Non seulement les frontières hexagonales arrêtent les nuages radioactifs et retiennent les virus quand ils disparaissent ailleurs, mais en plus les virus sont ici bien moins méchants que chez nos voisins : il n’y a eu qu’un décès notifié en France, et c’était une "mort naturelle", donc sans lien avec le vaccin."


Voilà donc que le risque lié au Pandemrix est consciencieusement minimisé en France. Pire : on a sciemment menti aux parents pour les inciter à faire piquer leurs enfants. Le formulaire d’autorisation parentale comporte en effet noir sur blanc le passage suivant : "Cette vaccination n’est pas obligatoire mais est fortement conseillée. Elle est proposée uniquement avec des vaccins ayant obtenu une autorisation de mise sur le marché (AMM), - dans les mêmes conditions de sécurité que celles appliquées pour l’utilisation des autres vaccins -. Les études cliniques et l’évaluation de ces vaccins ont été réalisées conformément aux exigences habituelles requises pour les médicaments et les vaccins." Pur mensonge en vérité, témoin la notice du Pandemrix elle-même ci-dessous.

 notice


Mais peut-on chiffrer ce risque qu’on tente à toute force de camoufler ? C’est le docteur Marc Girard, spécialiste de pharmaco-épidémiologie n’ayant cessé de protester des conditions dans lesquels les vaccins anti-grippe A avaient été hâtivement conçus et autorisés, qui s’y colle sur son blog :


"Même en faisant le forcing (et en attribuant systématiquement à la grippe les décès potentiellement liés à Tamiflu), l’administration sanitaire décompte actuellement environ 120 décès, soit une mortalité maximum de 2 pour un million. En parallèle, l’Agence européenne se félicite que les essais réalisés lors du développement permettent de reconnaître (et même pas d’exclure) les effets indésirables survenant à une fréquence minimum de 1% (source). En parallèle, encore, on relève que la mortalité observée au cours du développement de Pandemrix a été de 0,3 à 0,4% (7 morts inexpliqués chez environ 2 000 patients traités). De plus, il faut bien comprendre que la grande majorité des sujets actuellement répertoriés comme décédés de la grippe avaient d’important facteurs de fragilité, alors qu’il suffit de lire les documents de l’Agence européenne pour apercevoir que les sujets décédés après vaccination étaient initialement en parfaite santé : tout un chacun, quoi. Il est donc extrêmement modéré de soutenir qu’à l’heure actuelle, sur la base des données « incomplètes » mais disponibles, le risque lié au vaccin peut être mille fois plus élevé que le risque de la grippe. D’autre part et au contraire de ce que soutient comme prévu l’administration sanitaire, les données de la pharmacovigilance après commercialisation sont loin d’être rassurantes, compte tenu de la sous-notification habituellement massive (moins de 1% des accidents notifiés), délibérément exacerbée en l’espèce par les autorités qui s’appliquent à créer un sanitairement correct visant à dissuader les vaccinateurs de notifier (voir ici). On a connu exactement la même situation avec le vaccin contre l’hépatite B – avec les résultats que l’on sait…"


souris


La conclusion de notre article du 27 septembre était lapidaire : "Nous accusons nos gouvernants, par leur campagne éhontée en faveur de la vaccination, de ne prendre en compte que les intérêts de l’industrie pharmaceutique au risque de mettre gravement en péril la santé publique". Pas question aujourd’hui d’en retirer un mot.

 

Source Agoravox




Conséquences de la vraie grippe porcine "Bachelot"



« Plus le mensonge est gros, plus il passe. »
« C’est l’un des droits absolus de l’Etat de présider à la constitution de l’opinion publique. » Joseph Goebbels, ministre de la propagande d’Hitler.
Les Français sont déstabilisés, face à cette campagne outrancière visant à accréditer un phénomène grippal « hors norme ». Pourtant...

Comme annoncé depuis des mois, la pandémie de grippe porcine n’a pas fait long feu… Malgré les pics annoncés, à coup de com, par la ministre de la Santé Bachelot. En dépit d’une propagande sans précédent, de messages d’intimidation, pour entretenir la psychose, de statistiques gonflées à dessein, il se confirme, au fil des semaines, que nous sommes face à une vaste manipulation gouvernementale. Laquelle vise (faut-il le répéter) à écouler (coûte que coûte…) 94 millions de doses d’un vaccin, très controversé à cause d’une innocuité contestée, qui ont coûté la bagatelle de… 800 millions d’euros, sans compter le coût de la campagne de pub sur les médias.
 
Confusion à cause d’une « supposée » sale grippe
 
Après ce déferlement de messages inquiétants, comment s’étonner que la confusion ait envahi les têtes les plus saines. Ainsi le témoignage de cette maman, en proie aux doutes, totalement ébranlée par sa peur de mal faire. Opposée à une vaccination qu’elle juge prématurée et risquée pour son garçon de 10 ans, elle se trouve confrontée à ce mensonge d’Etat, martelé à longueur de journée, Mais, il y va de la santé de son enfant, qui sort tout juste de 8 ans d’asthme chronique. Quelle décision prendre ? Peut-elle prendre la responsabilité de voir la supposée « sale » grippe atteindre l’être le plus cher ?
 
Confusion à cause d’ avis divergents de médecins
 
Deux médecins sont consultés, leur avis divergent radicalement. Elle s’en remet alors, après conseils pris auprès de proches et amis, à une solution intermédiaire : attendre. Attendre que la situation redevienne plus claire, plus conforme à la normalité d’une grippe saisonnière. En prenant toutes les précautions possibles, pour éviter d’exposer son gosse à une éventuelle contamination : plus de sport, l’arrivée des vacances de Noël qui arrivent à point nommé… Et le bourrer des vitamines les plus efficaces en pareil cas.
 
Matraquage médiatique scandaleux
 
Voilà où nous en sommes, en cette mi-décembre 2009. Des millions de Français, moroses, déstabilisés, souvent très sceptiques face au matraquage médiatique honteux, scandaleux, des médias inféodés (France Gouvernement, TF1, etc.). Une avalanche d’infos qui a sérieusement écorné la capacité de discernement des citoyens, et du corps médical, à apprécier la dangerosité réelle de cette « grippette ».
 
Vendre à tout prix cette fausse pandémie
 
Or, depuis le début, cette histoire de grippe porcine sonne faux (La vraie fausse pandémie de grippe). Les décès sont annoncés en cascade, 134 ou 157 à ce jour ? Mis opportunément sur le dos de la grippe A (H1N1). Sans aucune certitude. Où est la vérité ? Peu leur importe. Les statistiques doivent plaider en faveur des affirmations de la ministre. « On » fait l’amalgame avec la grippe saisonnière. Pourtant, rien, à ce jour, ne prouve, indubitablement, que nous sommes en présence d’une séquence grippale intense, en terme de morbidité et de mortalité. Encore moins en présence d’une pandémie !
 
Rien sauf le déversement d’informations fausses, ou délibérément faussées ou manipulées, pour achever de « vendre », quel qu’en soit le prix, cette vraie fausse pandémie aux Français, pris pour des bœufs, qu’on croit pouvoir intoxiquer, comme un certain Goebbels l’a fait avec les Allemands !


Source Agoravox


Publié dans Santé

Commenter cet article