OVNI : L’affaire de Rendlesham / L’affaire de Malmstrom AFB

Publié le par Aleth

 

Rendlesham_UFO.jpg

 

L’affaire de Rendlesham

 

Au cours des dernières décennies, certaines armées parmi les plus puissantes du Monde ont dû faire face à l’intrusion inopinée sur leur territoire d’engins volants non identifiés. Malgré l’hétérogénéité spatiale des manifestations liées au phénomène Ovni, bon nombre d’évènements se démarquent en survenant sur des sites stratégiques qui n’ont évidemment rien d’anodin, ni rien du hasard, surtout lorsqu’il s’agit de bases de stockage d’armes nucléaires tactiques.

L'un des cas les plus spectaculaires concerne les bases aériennes militaires anglo-américaines - RAF Bentwaters and RAF Woodbridge – à Suffolk en Angleterre, les deux bases étant séparées par la forêt de Rendlesham. Le témoignage provient directement de l’ancien responsable de la base de Bentwaters à l’époque des évènements, le Colonel Charles I. Halt, dont voici le résumé.

 

Colonel_Charles_Halt.jpg

 

Le 26 décembre 1980, aux alentours de 3h du matin, des soldats en patrouille aperçurent des lumières inhabituelles dans les bois, et demandèrent à leur hiérarchie l’autorisation de se rendre sur place. Les militaires rapportèrent avoir observé dans une clairière un objet à l’aspect métallique, de forme triangulaire, d’une longueur horizontale approximative de deux à trois mètres, et d’une hauteur de deux mètres. L’objet illuminait entièrement la forêt d’une vive lumière blanche, et ils distinguèrent une lumière rouge clignotante à son sommet, ainsi qu’une nuée de lumières bleues au-dessous. Les militaires s'en approchèrent jusqu'à quelques mètres, l'inspectèrent sans trouver d'ouverture, et remarquèrent différents symboles apposés sur celui-ci. Puis l'engin s'éloigna vers les bois pour enfin disparaître dans le ciel à une vitesse vertigineuse.

Quelques heures plus tard furent découvertes sur les lieux trois dépressions, des empreintes de 4 cm de profondeur et 18 cm de diamètre, formant un ensemble triangulaire. Par la suite on détecta également des signatures de radiations type beta/gamma – de l’ordre de 0.1 milliroentgens - aux emplacements des-dites dépressions, et une plus faible proportion sur les arbres alentours.

 

Mais l’affaire ne s’arrête pas là. Dans la nuit du 27-28 décembre, cette fois c’est une intense lumière rouge qui apparut dans les bois. Le chef de la police militaire de la base en informa le Colonel Halt, lequel décida de rejoindre la douzaine de militaires déjà postés en bordure de la forêt. Ils constatèrent que la source lumineuse provenait de la clairière où avait été observé le premier phénomène. Ils atteignirent l'endroit et virent un objet rougeoyant en forme d'ellipse flottant à environ quatre mètres au-dessus du sol, qui se dirigea lentement vers le champ du fermier voisin, au-delà de la clôture de fils barbelés. Les militaires n’eurent pas le temps de s'approcher davantage que l’objet lumineux pulsa, semblant éjecter une flopée de particules, et se sépara en cinq objets distincts qui s'envolèrent immédiatement.

 

Rendlesham_map.jpg

Le point rouge au centre indique le champ du fermier, dans la forêt de Rendlesham près de Capel St. Andrew.

Le phare d'Orford Ness est à droite de la carte. La base de la RAF à Bentwaters est indiquée par le point rouge

en haut, à environ 10 kms au nord-est de la base RAF de Woodbridge, à gauche.

 

Aussitôt après trois objets lumineux furent détectés dans le ciel (confirmés ensuite par les radars de la base et de Londres), deux au Nord et un au Sud. Un quatrième engin lumineux apparut au Sud et se dirigea à très grande vitesse vers le groupe de militaires, se figeant à une trentaine de mètres d'eux. L'engin projeta une sorte de rayon-laser devant leurs pieds durant quelques instants, puis repartit dans les airs en disparaissant à nouveau. Les trois autres objets dans le ciel continuèrent à évoluer rapidement via des mouvements angulaires affinés, et firent jaillir des lumières rouges, vertes et bleues. Les deux objets au Nord restèrent visibles un peu plus d’une heure, celui au Sud entre deux et trois heures, ce dernier projetant de temps en temps des rayons de lumière vers le sol.

Tout ceci pourrait laisser entrevoir l’apparence d’un début de scénario pour un film de science-fiction, et pourtant ce rapport a été officiellement mis à disposition du grand public par l’armée britannique elle-même en 1983, grâce au ‘Freedom of Information Act’. La presse, les radios et les chaînes télévisées outre-manche en ont fait quelque temps leurs choux gras, obligeant les ‘debunkers’ (comme par exemple James McGaha à l’époque) à sortir de leur tanière et de conclure, et ça ne s’invente pas :


"Les lumières dans les bois ne sont que le résultat de l’éclairage périodique du phare d'Orford Ness à proximité". Et Charles I. Halt de rétorquer : "Le phare était dans notre champ de vision durant tout ce temps, mais il était à 35-45° de différence par rapport aux évènements en question".

 

Rendlesham_smaller.jpg

 

Le Colonel Halt déclara également que ces manifestations ont a priori un lien avec les stocks d’armements nucléaires présents dans les sous-sols de la partie américaine de la base. Il précisa que les Etats-Unis n’ont jamais officiellement avoué posséder de telles armes en territoire britannique, mais il apprit de source sûre par sa hiérarchie que c’était bien le cas (au sein de bunkers renforcés, extrêmement bien gardés, dans la section US). D’après lui les ‘objets’ lumineux s’intéressaient assidûment à tout ce qui touche à l’arsenal nucléaire.

A l’époque les troupes soviétiques basées en Europe de l’Est étaient en surnombre par rapport à l’ensemble des forces armées alliées stationnées sur le Continent. En cas d’invasion soviétique en Allemagne de l’Ouest, les plans US prévoyaient l’utilisation d’armes nucléaires tactiques pour repousser l’ennemi, les ADM étant chargées sur des avions bombardiers F-16 préparés à cet effet, et capables d’atteindre la zone en quelques dizaines de minutes.

Selon les témoignages du personnel de la base lors des manifestations survenues le 27-28 décembre, bon nombre évoquent le fait que l’un des Ovnis projetait une sorte de rayon-laser à l’endroit exact des bunkers contenant les têtes nucléaires. Les heures et les jours suivants, les bruits de couloir laissaient entendre que certains dispositifs électroniques relatifs aux armements nucléaires avaient été mis hors service durant un temps.

La rumeur n’était pas infondée car il s’est avéré que ‘quelque chose d’inhabituel’ s’était produit – selon les ‘briefings’ dans les sections – au cœur même du centre névralgique lié aux armes nucléaires.

 

Rendlesham_symbols.jpg

Symboles relevés par le sergent Jim Penniston sur l'engin.

Il avait observé l'ovni de très près au sol, pendant une demi-heure,

et l'avait même touché.

 

Halt répondit ceci quant à la manifestation de ces engins : "Nous avons vu des objets qui étaient sous le contrôle d’une intelligence. […] Ce devait être quelque chose au-delà [de la technologie humaine] à cause des vitesses et mouvements de ces engins, les angles accomplis, et tout ce qu’ils faisaient. Ces objets auraient-ils pu être contrôlés à distance ? Certainement. […] Je n’ai jamais vu de ‘petits hommes verts’, mais il est possible qu’il s’agisse d’une technologie extraterrestre. Bien sûr je souhaiterais obtenir des réponses, mais je pense que je ne les aurai jamais."

 

Source Ovnis-USA

 


 

L’affaire de Malmstrom AFB

 

Cette année-là, les Beatles sortent l'album 'Sgt Pepper's Lonely Hearts Club Band', Mohamed Ali est déchu de son titre de Champion du Monde des poids lourds, Venera 4 se pose sur Vénus, la France lance le sous-marin 'Redoutable' et découvre la télévision couleurs, Ernesto Guevara est abattu dans la région Valle Grande en Bolivie et Israël quadruple son territoire après la Guerre des Six jours.

Nous sommes en 1967, et la Guerre froide entre deux super-puissances continue de battre son plein. Et que pourrait-il y avoir de plus angoissant pour une nation sur le qui-vive que d'assister impuissante sur son propre territoire à la mise hors service de missiles balistiques nucléaires intercontinentaux ?

 

minuteman.jpg

 

Au petit matin du jeudi 6 mars 1967, sur la base de l'US Air Force de Malmstrom dans le Montana, alors que l'aube dévoile à peine ses premières lueurs, la routine va laisser place à un évènement des plus surprenants, et la quiétude des militaires va rapidement se transformer en panique généralisée.

Au sein du centre de contrôle souterrain 'Echo Flight' en charge de dix silos contenant des missiles nucléaires stratégiques 'Minuteman', plusieurs rapports provenant de soldats à la surface et de techniciens de maintenance sur le tarmac firent état d'observations d'objets volants non identifiés aux alentours de la base, en forme de 'soucoupes', produisant des lueurs rouges. L'un des objets fut même aperçu précisément au-dessus d'un silo ; aussitôt l'alarme générale fut déclenchée.

Dans les trente secondes qui suivirent, le tableau électronique général de commande révéla le dysfonctionnement total (code "No-Go") de chacun des missiles balistiques. Un par un les systèmes de commande des missiles devinrent inopérants, après avoir passé le statut "alerte".

Quelque temps plus tard, le 24 mars 1967, à une cinquantaine de kilomètres de là, sur la base 'Oscar Flight', responsable également de dix missiles nucléaires intercontinentaux, le Lieutenant Robert L. Salas reçut un appel d'un garde de sécurité affolé.

 

Après l'avoir informé que d'étranges lumières évoluaient au-dessus de la base, il lui expliqua qu'un objet volant non identifié se tenait en silence tout juste au-devant de la porte principale du bunker.

Il précisa que plusieurs gardes étaient prêts à faire feu et qu'un d'eux avait été blessé en s'approchant de trop près de l'objet.

Soudain le code "No-Go" s'afficha sur le tableau de commande connecté aux silos. A nouveau, comme à la base voisine, les missiles furent mis hors service les uns après les autres. Salas en fit part immédiatement à sa hiérarchie, laquelle lui indiqua que des incidents similaires étaient survenus à 'Echo Flight'. Les objets furent encore visibles par les témoins à la surface durant quelques minutes. Jusqu'en fin de matinée, les missiles dans la base restèrent toujours inopérants.

 


Boeing, contractant pour l'armée, responsable de la construction et de la maintenance des missiles, de l'infrastructure adéquate, ne put officiellement déterminer l'origine exacte de la panne en question. Un signal électromagnétique semblait tout simplement avoir été envoyé aux missiles afin de les désactiver, malgré les systèmes utilisés afin de protéger les silos de toute influence ou perturbation électromagnétique extérieure.

 

malmstrom-wsa

 

Il s'avère que lors de ces incidents aucune attaque en tant que telle n'a été signalée. Ceci pourrait laisser imager l'apparence d'un message : "Ne jouez pas avec les allumettes les enfants, vous risquez de vous brûler. Nous ne vous voulons aucun mal, mais voilà de quoi nous sommes capables. Vos armes les plus puissantes seraient inefficaces contre nous, car inopérantes selon notre bon vouloir".

Jim Klotz et Robert Salas concluent leur rapport : "Pendant de nombreuses années, l'US Air Force a prétendu qu'aucun incident en relation avec une observation d'Ovni n'a jamais menacé la sécurité nationale. Il a pourtant été démontré qu'un grand nombre d'employés de l'Air Force ont signalé des manifestations d'Ovnis à l'instant même où nos missiles stratégiques cessaient d'être opérationnels.

Les incidents décrits ci-dessus menaçaient de toute évidence la sécurité nationale. Dans un message aujourd'hui déclassifié, le Quartier général du Strategic Air Command décrivait ainsi l'incident du poste E-Flight : Perte de la mobilisation stratégique de chacun de ses dix missiles à dix secondes d'intervalle, sans aucune raison apparente, ce qui "était extrêmement préoccupant" (pour le Quartier général du SAC)." - (Source)

 

A lire...

'UFOs and nukes : Extraordinary Encounters at Nuclear Weapons Sites' de Robert Hastings

'Faded Giant' de Jim Klotz et Robert Salas

 

Source Ovnis-USA (voir aussi 'Sixième vague de déclassification en Grande-Bretagne')

 

Témoins militaires d'OVNI sur des sites nucléaires

 


A lire également...

Etranges structures sur la Lune

La Terre, un zoo grandeur Nature ?

Sommes-nous seuls dans l'Univers ?

Des corps atypiques en orbite autour du Soleil (et de la Terre)

.

Commenter cet article

Forum La Bulle (Hibou57) 11/09/2011 20:19


Au cas où des gens contesterait le dernière vidéo, celle de la conférence du National Press Club, voici la preuve que ce n'est pas une comédie ou un fake bien monté. Voyez ici :

http://news.blogs.cnn.com/2010/09/27/ufos-showed-interest-in-nukes-ex-air-force-personnel-say/

Remarquez bien le nom de domaine “cnn.com”, et vérifiez vous même que ce qui est dit dans cette page de blog de CNN, correspond bien à ce qui est dit dans la vidéo, dont on retrouve d’ailleurs une
image en haut de page.

Punaise… c’est trop d’la balle cette vidéo ! :)


Bon, pour être honnête, c’était aussi pour m’assurer que la source était valable si j’ai cherché ça (parce que un lien vers YouTube n'a jamais été assez pour moi). Conclusion : elle
l’est, valable :-)

Merci Mr ou Mme Aleth, d’avoir signalé l’existence de ces documents