Occupation de l’Afghanistan : 700 bases militaires sous contrôle US/OTAN

Publié le par Aleth


usa-hulk.jpg
Tout un réseau de forteresses militaires en pleine expansion a été établi en Afghanistan, pour une occupation inutile, sans fin, et dont les coûts en termes humains, écologiques et financiers sont monstrueux.

En 2003, quand l’Administration Bush a envahi l’Irak, le Pentagone avait déjà prévu de construire toute une série de 'méga-bases' permanentes dans ce pays. Après la chute de Saddam Hussein, des centaines de 'micro-bases' y ont été ajoutées. Déjà en 2005 on en comptait 106, et au total c’est plus de 300 qui ont été installées. Sans oublier la gigantesque ambassade US construite dans un ancien palais de Saddam Hussein, en bordure du Tigre, au centre de Bagdad et qui a coûté 750 millions de $, la plus grande « ambassade » et la plus chère de toute la Planète. Prévue pour accueillir 1000 « diplomates » on parle actuellement d’y doubler leur nombre. Ceci fait partie de la mission de contrôle du Grand Moyen-Orient que les USA se sont eux-mêmes attribués. « God Bless America ».

En Afghanistan, on compte 700 bases sous contrôle des forces armées US/OTAN

Dans la province de Nangarhar, dans le district de Shinwar, au coeur d'un ancien fort utilisé par l’armée britannique au XIXème siècle, puis par l’armée soviétique au XXème, c’est au tour de l’armée US d’y avoir installé des troupes en compagnie des forces armées nationales afghanes (les milices de l’occupant) pour préparer les nouveaux plans d’occupation. Cette base fait partie de centaines d’autres bases éparpillées sur tout le territoire afghan. Les bases militaires occupées par les troupes US et de l’OTAN, ainsi que celles des forces armées afghanes, comprennent des petites bases telles celle de Shinwar, mais aussi d'immenses bases qui ressemblent à des villes américaines. Actuellement, selon des sources officielles en Afghanistan, on en compte approximativement 700.

Ce programme de construction de bases militaires n’est pas rapporté par les médias sous emprise gouvernementale, et pourtant c’est une entreprise énorme d’occupation militaire dépendant massivement d’approvisionnements importés de l’étranger qui coûtent extrêmement chers. Alors même que les pays participant à cette occupation subissent une conjoncture économique des plus moroses, la vérité sur les coûts monstrueux de cette guerre d’occupation est enterrée dans des effets d’annonce politico-médiatique portant sur une pseudo offensive dans le Sud de l’Afghanistan, soit disant pour en chasser les Talibans. Ces derniers - comme tout mouvement de résistance - vont laisser les forces armées étrangères occuper le terrain pour revenir plus tard les harceler.

En attendant le « prix Nobel de la Paix », le 'nègre' du complexe militaro-industriel US, Barack Obama - et ses petits 'nègres' que sont Sarkozy, Merkel, Brown et les autres - pourra se vanter que son plan de renforcement des troupes US/OTAN en Afghanistan est un succès.

Ces bases s’ajoutent à la longue liste secrète de celles que possèdent le Pentagone, et on ne peut que s’interroger sur la durée d’existence de ces garnisons, et des coûts supportés par les contribuables US et de ceux des pays membres de l’OTAN.

400 bases militaires étrangères en Afghanistan

Le porte parole de l’ISAF ( International Security Assistance Force ) dirigée par les Etats-Unis, le colonel Wayne Shanks, a dit au site de Tom Dispatch ( voir références en bas d’article) qu’il y avait à présent prés de 400 bases US et de la coalition en Afghanistan, dont des camps, des bases de relais opérationnels, et des avant-postes de combat. De plus il y a au moins 300 bases des forces armées nationales afghanes (ANA) et de la police nationale afghane, (ANP), la plupart d’entre elles construites, entretenues et financées par les USA.

Un petit nombre de bases de la coalition sont des 'méga-bases' tel l’aéroport militaire de Kandahar, l’un des aéroports ayant le plus de trafic au Monde, et la base aérienne de Bagram, une ancienne base soviétique rénovée décorée de 'Big Burger' et de 'Popeye', utilisée actuellement par plus de 20.000 soldats US, en plus de milliers de soldats des forces de la coalition et de personnels civils (dont des mercenaires). A Bagram, il a été rapporté l’automne dernier que des projets de construction d’un montant de plus de 200 millions de $, allant de simples baraquements à des entrepôts, étaient en cours ou sur le point d’être réalisés.

A Kandahar, qui hébergeait déjà en 2007 9.000 soldats de la coalition, on devrait compter jusqu’à 35.000 soldats quand le renforcement décidé par Obama sera complété. D’importants fonds ont également été débloqués pour l’amélioration de l’aéroport militaire de Kandahar : 65 millions de $ pour la construction d’espaces de parking, pour des avions accompagnant les opérations au sol, de même qu’activement impliqués dans les opérations de surveillance et de reconnaissance, 61 millions de $ pour la construction d’une piste pour hélicoptères, et d’une piste pour des opérations héliportées stratégiques.

Actuellement on ignore le chiffre exact de ces bases qui sont agrandies, rénovées, mais selon le porte-parole de l’ISAF, il y a des plans militaires d’expansion de plusieurs bases pour l’hébergement du supplément de troupes prévu dans la stratégie de guerre du commandant en chef US en Afghanistan, Stanley McChrystal. Au moins 12 bases vont être construites pour recevoir les quelques 30.000 soldats US supplémentaires, et les milliers de soldats des pays membres de l’OTAN qui devraient bientôt arriver dans le pays.

En plus de ces bases étrangères, les USA financent également les bases des forces armées et des forces de police afghanes. Selon les données de contrats passés par l’armée US pour la maintenance de celles-ci, il y en aurait au moins 300, et elles ne sont pas incluses dans le chiffre des bases des forces de la coalition US/OTAN. Elles sont plus « rustiques » que les bases américaines et leurs 'fast food'.

Ainsi, les quartiers généraux de la police afghane, dans le district de Khost Farang, dans la province de Baghan, comprennent-t-ils des bâtiments construits en boue et pierre et entourés d’un mur fait de boue. Cette base n’a même pas de système d’approvisionnement en eau potable, une tranchée ayant été creusée prés d’une source voisine à cet effet. Seuls les avant-postes de combats des troupes d’occupation US/OTAN ressemblent à ces bases afghanes rudimentaires.

Le Pentagone a établi récemment une liste de ses bases à l’étranger et en comptabilisa au total 716. Cela inclut des bâtiments appartenant au Pentagone ou loués par ce dernier partout au Moyen-Orient, de même qu’en Europe, et en Asie, tout spécialement au Japon et en Corée du Sud.

Mais certainement plus impressionnant encore ce sont les bases du Pentagone non listées ou tenues secrètes. Tandis que les bases situées dans le Golfe Persique, à Bahrain, au Koweït, Oman, et aux Emirats Arabes Unis sont connues publiquement, d’autres sont absentes, telle la base aérienne d’Al-Udeid, située au Qatar et qui a coûté un milliard de $. C’est là que les forces de l’armée de l’air US supervisent secrètement les guerres de drones menées en Afghanistan et au Pakistan, et qui font de nombreuses victimes civiles chez les populations afghanes et pakistanaises.

Ne sont pas non plus incluses dans ce décompte les bases militaires US en Irak, 300 en comptant les avant-postes selon un chiffre d’Août 2009. Il en va de même des 400 bases en Afghanistan.

Combien il y a-t-il de bases militaires US, et de leurs alliés, dispersées de par le monde, on ne le saura probablement jamais. Pourtant, une chose est sûre, ce que nous savons de l’expérience des bases US/OTAN construites en Allemagne, au Japon, en Italie, et en Corée du Sud, c’est qu’une fois construites elles deviennent permanentes même après la fin des hostilités ou la signature d’un traité de paix. Les pays cités ci-dessus sont donc toujours depuis des décennies sous occupation américaine.

Pour l’Afghanistan, de même que pour l’Irak, cette occupation ne fait que commencer. Pour l’Afghanistan elle risque de se terminer comme les précédentes, celles des Britanniques et des Soviétiques.

En attendant les Talibans se replient au Sud de l’Afghanistan laissant les forces d’occupation crier victoire... Jusqu’aux prochaines embuscades qui seront de plus en plus meurtrières, la résistance afghane étant de plus en plus expérimentée, et de plus en plus soutenue par une population civile, la première à faire les frais de telles offensives et occupations. On est loin de la « conquête des cœurs » et des négociations avec les «Talibans modérés », un discours en général précurseur d’une offensive militaire en préparation, comme cela vient une nouvelle fois d’être prouvé.

Mais les médias qui marchent au pas cadencé seront « en direct » d’Afghanistan pour relater la « victoire » d’Obama et de ses petits 'nègres', oubliant de mentionner le nombre de civils afghans déplacés et/ou tués dans ces jeux de guerre au coût monstrueux, humainement écologiquement et économiquement.

Plus d’information sur ce réseau de bases militaires US/OTAN sur...
http://www.tomdispatch.com/post/175204/tomgram%3A_nick_turse%2C_america%27s_shadowy_base_world/

Source planetenonviolence

Publié dans International

Commenter cet article