Les failles du sud de la Californie subissent de la pression

Publié le par Aleth

 

earthquake.jpg

 

Les sismologues du sud de la Californie sont de plus en plus inquiets car le tremblement de terre de 7.2 du 4 avril 2010 survenu à Baja California, Mexique, communément nommée Mexicali, est venu mettre encore plus de pression sur les failles de la région. Résultat: il y a présentement une augmentation de l'activité sismique depuis les trois derniers mois.

La preuve en est que le tremblement de terre de mercredi dernier, le 7 juillet, dans la région de Collins Valley (Californie) d'une magnitude de 5.4 (point de départ le sud des montagnes de Palm Springs), n'a causé aucun dommage majeur, mais s'est fait ressentir à travers toute la région, affectant ainsi le "système nerveux terrestre" de la région.
 
Le tremblement de terre de mercredi s'est produit dans la faille de San Jacinto - région la plus active du Sud de la Californie - qui s'étend sur 100 miles; partant du nord vers l'ouest, de Riverside et de San Bernardino.
 
Les scientifiques ont avisé, il y a de cela quelque temps, que le tremblement de terre de Mexicali (frontière Mexique/Californie) avait déplacé la pression subit normalement dans la région vers la faille de San Jacinto, ainsi que tout près de la faille de Elsinore - qui elle s'étend sur une distance de 110 miles - et pourrait causer d'importants dommages urbains, augmentant ainsi le risque de tremblement de terre dans la région (San Jacinto et Elsinore).
 
"Les probabilités qu'un gros tremblement de terre survienne sur ces failles d'ici deux ans ont augmenté" mentionne John Rundle, professeur de physique et de géologie à l'université de Californie. 
 
Le professeur mentionne que les conséquences du dernier tremblement de terre de Mexicali, sont de façon significative, très différentes des données/conséquences observées lors des deux derniers tremblements de terre qui ont frappé le sud de la Californie ces 20 dernières années.
 
Les tremblements de terre de Landers en 1992, de 7.3, et celui de Hector Mine, 7.1 en 1999, survenus dans le désert de Mojave, ont subi des secousses secondaires qui se sont dissipées relativement rapidement. Bien au contraire du tremblement de terre de Mexicali qui lui est depuis, suivi de secousses secondaires qui semblent ne plus finir.
 
"La situation est telle qu'il se produit beaucoup de petits tremblements de terre à répétition dans la région et ces tremblements de terre (secousse secondaire) ne s'arrêtent pas assez rapidement ... ce qui m'inquiète vraiment." mentionne le professeur Rundle.
 
Les experts sont particulièrement inquiets puisque les failles de Elsinore et de San Jacinto s'alignent respectivement vers et près de la faille de Whittier, qui cette dernière, traverse la région du comté de Orange et de Los Angeles et rejoint la faille de San Andreas. Ces deux failles (Whittier et San Andreas) peuvent produire d'importants et catastrophiques tremblements de terre.
 
De petits tremblements de terre se produisent de façon continue, à l'improviste, à un haut niveau et ce, partant du Nord où s'est produit le tremblement de terre de Mexicali jusque vers l'intérieur des terres. (Inland Empire)
 
"Dans des circonstances normales, on voit une rapide diminution des secousses secondaires jusqu'à la disparition totale des activités sismiques. Mais dans ce cas-ci, les activités sismiques se poursuivent à un haut niveau." mentionne le professeur Rundle.
 
En revanche, les analyses du professeur Rundle démontrent que les probabilités d'un très gros tremblement de terre - magnitude de 7 - ont diminuées près de la région de Mexicali, ainsi que près de San Diego.
 
Le professeur Rundle est également impliqué dans la recherche qui consiste a faire l'analyse complète des secousses secondaires survenues à la suite du tremblement de terre de Mexicali et d'utiliser ces données afin de pouvoir prévoir les probabilités d'un plus gros tremblement de terre et où il pourrait se produire.
 
"Nous pouvons actuellement connaître, avec un calcul mathématique, le transfert de stress/pression/tension qui se passe d'une faille à l'autre, après un tremblement de terre." mentionne Rundle. 
 
"Les petits tremblements de terre sont une réponse sous-jacente dus au niveau de stress/pression/tension. Plus le niveau de stress/tension/pression est élevé, plus élevé est le nombre de petits tremblements de terre qui se produisent. Nous utilisons les analyses recensées des petits tremblements de terre afin de pouvoir prévoir, en l'occurrence, les risques d'un plus gros tremblement de terre à survenir."
 
Une autre preuve évidente vient des stations scientifiques construites de chaque côté des failles. Les images satellites rapportent et démontrent une augmentation plus que significative de la pression qui s'exerce et qui se partage entre ces failles.
 
Andrea Donnellan, une géophysicienne de chez Jet Propulsion Laboratory, compare le tremblement de terre de Mexicali à la "première fissure qu'on voit apparaitre sur un pare-brise. Avec le temps, cette fissure s'agrandit et s'agrandit. Le point de départ de cette fissure est l'endroit donc où la tension/pression est la plus forte, la plus grande, il en résulte donc une propagation de cette fissure".
 
L'augmentation significative de la pression que subit une faille, dit Donnellan, ressemble a un élastique qu'on aurait de plus en plus étiré et étiré ... "Étirez-le, et étirez-le durant un certain temps et il finira par casser." dit-elle.
 
Suite aux observations recueillies, nous soulignons l'importance que les failles soient observées de la même façon qu'un système similaire - soit les observations faites concernant les perturbations atmosphériques que subissent l'Alaska ainsi que de l'autre côté du Pacifique- parce qu'elles peuvent affecter la température de la Californie. 
 
"Si vous regardez les failles, comme étant un système où toutes les failles sont en interaction les unes avec les autres, vous pouvez avoir une vue d'ensemble et constater comment une faille peut déclencher un tremblement de terre à partir d'une autre faille." mentionne Donnellan.

Source Conscience du Peuple/Los Angeles Times


Commenter cet article