Le Conseil de l'Europe va enquêter sur l’OMS et le scandale « pandémique »

Publié le par Aleth


virus-aleth.jpg 
Les membres du Conseil de l'Europe lanceront une enquête en janvier 2010 sur l'influence des compagnies pharmaceutiques dans la campagne mondiale de grippe porcine, en se concentrant plus particulièrement sur l'étendue de l’influence de l'industrie pharmaceutique au sein de l'OMS. Le Comité sur la santé du Parlement européen a adopté à l'unanimité une résolution exigeant une enquête. Cette démarche est une initiative attendue depuis longtemps pour assurer la transparence publique sur un « Triangle d'or » de la corruption thérapeutique entre l'OMS, l'industrie pharmaceutique et les chercheurs universitaires, qui ont compromis à jamais la vie de millions de gens et même provoqué la mort.

La motion du Parlement a été présentée par le Dr Wolfgang Wodarg, ancien membre du SPD au Bundestag allemand et aujourd’hui Président du Comité européen sur la santé du Parlement. Wodarg est médecin et épidémiologiste, spécialiste en maladies pulmonaires et en médecine environnementale. Il considère que la campagne actuelle sur la pandémie de grippe porcine de l'OMS est « l'un des plus grands scandales médicaux du siècle. » [1]

Le texte de la résolution venant juste d’être adoptée par un nombre suffisant au sein du Conseil du Parlement de l'Europe, dit entre autres choses, « Afin de promouvoir leurs médicaments et vaccins brevetés contre la grippe, les compagnies pharmaceutiques ont influencé les scientifiques et les organismes officiels responsables des normes de santé publique, afin d’alarmer les gouvernements du monde entier et leur faire gaspiller leurs maigres ressources de santé dans des stratégies vaccinales inefficace et exposer inutilement des millions de gens en bonne santé au risque d'un nombre inconnu d'effets secondaires des vaccins insuffisamment testés. La campagne de grippe aviaire (2005/06) combinée à la campagne de grippe porcine semblent avoir provoqué beaucoup de dégâts, non seulement chez certains patients vaccinés et dans les budgets de santé publique, mais aussi dans la crédibilité et la responsabilisation d’importantes agences de santé internationales. » [2]

L'enquête Parlementaire se penchera sur la question de la « fausse pandémie » déclarée en juin 2009 par l'OMS sur les conseils de son groupe d'experts universitaires, le SAGE, dont il a été documenté que de nombreux membres ont des liens financiers profonds avec GlaxoSmithKline, Roche, Novartis, ces mêmes géants pharmaceutiques qui profitent de la production de médicaments et de vaccins non testés contre le H1N1. Elle étudiera l'influence de l'industrie pharmaceutique dans la création de la campagne mondiale contre la fameuse grippe aviaire du H5N1. L’enquête aura la priorité « urgente » à l'assemblée générale du Parlement.

Dans sa déclaration officielle devant le comité, Wodarg a critiqué l'influence de l'industrie pharmaceutique sur les scientifiques et les responsables de l'OMS, affirmant que cela a conduit à une situation où « des millions de gens en bonne santé sont exposés inutilement aux risques des vaccins mal testés, et cela, pour une souche grippale « infiniment moins dangereuse » que toutes les épidémies de grippe antérieures.

Wodarg dit que l'enquête du Parlement européen doit se concentrer particulièrement sur le rôle de l'OMS et sa déclaration de l’état d'urgence pandémique en juin. Pour la première fois, en avril 2009, au moment où étaient signalés les premiers cas au Mexique, les critères pandémiques de l'OMS ont été modifiée de manière à déclarer l’état « pandémique » non pas sur le risque réel de maladie mais sur le nombre de cas de la maladie concernée. En cataloguant pandémie la grippe porcine, les pays ont été obligés de mettre en œuvre les plans pandémiques et d’acheter les vaccins contre la grippe porcine. Du fait que l'OMS n'est soumise à aucun contrôle parlementaire, Wodarg affirme qu'il est nécessaire que les gouvernements insistent sur le fait qu’elle doit rendre compte de ses actions. L'enquête permettra aussi de jeter un coup d’œil sur le rôle des deux organismes déterminants en Allemagne dans la publication des directives sur la pandémie, l’Institut Paul-Ehrlich et Robert-Koch Institut.
Bravo !

 

Notes

      1. Rainer Woratschka, Schweinerei mit der Grippe, Der Tagesspiegel, 16 décembre 2009 :
www.tagesspiegel.de/politik/international/Schweinegrippe-Europarat;art123,2976433.

      2. Dr Wolfgang Wodarg, Motion for a Resolution and a Recommendation: Faked Pandemics - a threat for health :
www.wodarg.de/english/2948146.html.

      F. William Engdahl est l'auteur de plusieurs ouvrages en anglais dont deux sont traduits en français : OGM : Semences de destruction : L’arme de la faim et Pétrole, une guerre d'un siècle : L'ordre mondial anglo-américain. Il est joignable depuis son site, www.engdahl.oilgeopolitics.net.

Source Global Research

 

 




La psychose de grippe H1N1 aurait-elle été organisée ?

« Ils ont organisé la psychose ! » Cette phrase sentencieuse fait la une du journal l’Humanité. A l’intérieur, on trouvera une interview avec son auteur, le professeur Wolfgang Wodarg. Résumé de l’article : « Révélation : président de la commission santé du Conseil de l’Europe, l’allemand Wolfgang Wodarg accuse les lobbies pharmaceutiques et les gouvernants. Il a obtenu le lancement d’une enquête de cette instance sur le rôle joué par les laboratoires dans la campagne de panique autour du virus. Entretien sans détour.

« Ex-membre du SPD, Wolfgang Wodarg est médecin et épidémiologiste. Il a obtenu à l’unanimité des membres de la commission santé du Conseil de l’Europe une commission d’enquête sur le rôle des firmes pharmaceutiques dans la gestion de la grippe A par l’OMS et les Etats… »

Autant dire que nous nous dirigeons vers un pandémigate. Que dit Wodarg ? En fait que l’alerte pandémique a été déclenchée de manière intempestive et inappropriée. Sur la base d’informations lacunaire provenant de Mexico. Je me souviens très bien du contexte, ayant eu l’occasion de suivre cette affaire grippale en m’improvisant reporter spécial pour Agoravox. Le 30 avril 2009, avant même le déclenchement du niveau 6, je titrais ceci:


« Les incertitudes de la science face à la grippe porcine engendrent-elle une pandémie psychique ?

L’OMS a relevé le niveau d’alerte à 5, autrement dit, en langage décodé, la pandémie n’est pas encore présente (niveau 6) mais imminente, ce qui signifierait inéluctable avec une montée en puissance dont le timing combine la vitesse d’incubation et le taux de transmission d’homme à homme. Mais que sait-on de ce virus au juste ?

Pour l’instant, le virus de la grippe mexicaine de 2009 n’a eu des conséquences sociales majeures que dans le pays où le premier foyer fut constaté, le Mexique. Dans les autres pays, même avec des cas identifiés et aux Etats-Unis un décès avéré, pas de mesures à grande échelle. Mais, nous dit-on, le plan anti pandémie est opérationnel et prêt à être déclenché. Et si tel est le cas, autant dire, avec un doux euphémisme, que ça va nous faire drôle. » (Dugué, Agoravox, 30/04/09)


Wodarg poursuit en dénonçant les erreurs stratégiques, la précipitation, l’incohérence, les adjuvants, la recommandation pour une double vaccination… bref, ou bien les autorités de l’OMS ont été fébrile, ou bien il y a eu conflit d’intérêt avec quelques laboratoires pharmaceutiques. Rappelons que les Néerlandais ont dans le collimateur le Dr Flu, alias Dr Osterhaus, grand ponte de la virologie à l’OMS. Wodard se penche quant à lui sur le Dr Stöhr, cadre de l’OMS en 2006, en charge de l’élaboration du plan contre une pandémie de grippe aviaire, devenu entre-temps haut responsable chez Novartis. Et ce n’est pas un cas isolé dit-il puisque d’autres laboratoires sont dans cette configuration de conflit d’intérêt.


Enfin Wodarg déplore que des instituts réputés comme Pasteur en France ou Koch en Allemagne, n’aient pas été consultés par les gouvernements. Il dénonce aussi l’improvisation liée à la production des vaccins.


Par ailleurs, la presse étant partie prenante dans cette affaire, une journaliste de l’AFP se défend d’avoir amplifié les craintes alors que « Alain Ducardonnet médecin consultant pour les JT de TF1, s’est déclaré "intégralement favorable à la vaccination". Il considère avoir rempli un rôle pédagogique, tout en restant nuancé. Refaisant l’historique de la pandémie, Alain Ducardonnet compare la stratégie gouvernementale de communication à un plan militaire en temps de guerre. "Le problème est que la quasi totalité des différentes phases du plan a été appliquée alors que l’épidémie n’était globalement pas au rendez-vous"


La comparaison avec un plan militaire est justifiée, c’est d’ailleurs d’un des points de mon argumentation dans mon livre* où je fais entre autres le parallèle entre le virus H1N1 et les armes de destruction massive en Irak, prétexte à envahir ce pays. Sur ce point je diverge avec la vulgate médiatique qui cherche à se défendre d’avoir organisé la peur. La presse de masse n’a pas comploté c’est certain, mais elle a péché par légèreté et paresse, peu encline à trouver des voix dissonantes, obtempérant comme un seul homme au service de la version officielle, exactement comme la presse US au moment de l’invasion en Irak. Or, en 2009, on savait que le virus ne serait pas un micro-organisme de destruction massive.


Y a-t-il eu connivence entre labos et gouvernements ? C’est possible mais dire que les labos pharmaceutiques ont orchestré tout cela, c’est comme affirmer que la montée du nazisme a été produite par les industriels allemands. C’est faux, ils n’ont fait que participer en espérant quelques profits. L’analyse de la pandémie H1N1 est plus contrastée. Vous savez où la trouver. Il y a des tas de complicités sans connivence directe. Une ruse de la Peur dirait Hegel. L’essentiel est peut-être dans la déclaration du niveau 6 de pandémie par Mme Chan. Il suffit de lire mais les médias préfèrent commenter les propos d’un Sarkozy, même s’ils sont sans intérêts. Attention citoyen, derrière le plan de l’OMS se dessine un embryon de gouvernance mondiale.

* Bernard Dugué, H1N1 La pandémie de la peur (Xenia, 11/09)

Source Agoravox

.

Publié dans Santé

Commenter cet article