La nouvelle Ministre des affaires Etrangères européenne fustige l’occupation israélienne

Publié le par Aleth

 

http://www.france-info.com/IMG/jpg/ashton.jpg  

Catherine Ashton a élevé mardi une critique virulente de l’ « occupation israélienne » dans son premier discours comme première haute représentante de l’Union Européenne pour les Affaires étrangères et la politique sécuritaire.


La femme d’Etat britannique, qui a aussi servi comme Commissaire pour le Commerce dans la Commission Européenne, a dit que d’après l’UE, « Jérusalem Est est un territoire occupé, comme la Cisjordanie ».


Mme Ashton a réclamé qu’Israël lève immédiatement son blocus de la bande de Gaza et a rappelé que l’UE s’oppose à l’existence de la barrière de séparation comme aux démolitions de maisons et aux expulsions de Palestiniens de leurs foyers à Jérusalem-est.


La femme d’Etat, dont le titre est baronne Ashton de Upholland, a aussi qualifié le gel partiel des constructions de colonies en Cisjordanie de « premier pas », par opposition aux ministres des Affaires étrangères des pays de l’Union qui en avaient « pris note positivement ».


Dans son discours aux députés européens à Strasbourg, Mme Ashton, qui n’a été nommée que récemment au nouveau poste, a dit qu’elle a parlé avec les Israéliens, les Palestiniens et le Secrétaire d’Etat US sur le rôle du quartet de médiateurs internationaux, et sur celui de son envoyé spécial dans la région, Tony Blair.


Mme Ashton a déclaré avoir dit à Blair personnellement que « Le Quarter [un groupe spécial mis en place par les USA, l’UE, l’ONU et la Russie] doit faire la preuve qu’il vaut l’argent dépensé et qu’il peut se revigorer ».


Après sa déclaration, plusieurs députés de l’aile Libérale du parlement ont appelé à des mesures punitives contre Israël, y compris la suspension de l’accord d’association avec l’EU. Le membre Irlandais de centre-gauche Proinsias De Rossa, qui a visité la Cisjordanie le semaine dernière, a qualifié le traitement des Palestiniens par Israël de forme d’ "apartheid”.


Cette fois-ci ça n’a été ni l’« infâme » président suédois poussant à une résolution européenne anti-israélienne, ni un « juge qui rêve éveillé » britannique lançant un mandat d’arrêt contre un ancien ministre des Affaires étrangères. La critique d’Israël est devenue le langage de choix du discours européen.


Quand le gouvernement israélien offre de nouveaux avantages aux colons et que les pourparlers avec les Palestiniens sont dans l’impasse, même le bras long des superpuissances est impuissant. Y compris l’ex-ambassadeur US en Israël Martin Indyk, un Juif dévot qui sert de conseiller au président US Barack Obama, ne cache pas sa peine devant la politique des colonies.


Indyk a récemment dit à Haaretz lors d’une interview que des déclarations par des personnalités comme le ministre sans portefeuille Benny Begin, d’après qui les constructions de colonies continueront malgré le moratoire, vont contre les intérêts d’Israël. Il a dit que ces commentaires, de même que la décision d’injecter des fonds dans les colonies isolées, renforcent l’impression que la déclaration d’un gel [de la colonisation] ne vaut même pas le papier sur laquelle elle est écrite. Il a averti que le Premier Ministre Benjamin Netanyahou paiera le prix politique des décisions, sans gagner les bénéfices escomptés pour Israël sur la scène internationale.


L’interview d’Indyk sera publiée dans l’édition dominicale de Haaretz.

Titre originel : “New EU Foreign Policy Chief Lambastes ‘Israeli Occupation’”. Le titre et le contenu de l’article d’Akiva Eldar ont été modifiés le 18/12/09 dans l’édition anglaise par la rédaction de Haaretz pour donner plus de place aux protestations israéliennes (ndt).

Source
 Info-PalestineHaaretz

http://www.lepoint.fr/content/system/media/1/200911/69853_uechef-une.jpg
Nota bene : il est à rappeler que les protagonistes placés aux postes-clés de l'Union Européenne ne sont pas choisis par hasard. Tout comme Herman Van Rompuy qui a été propulsé à la tête de l'Europe suite à sa 'convocation' par le Groupe Bilderberg, Catherine Ashton ne fait pas exception quant à la sélection des poulains.
Il est donc légitime de s'interroger à propos de ce soudain changement de 'politique extérieure/moyen-orientale' - retournement de veste - de la part des véritables décisionnaires, qui jusqu'à présent, et ce depuis des décennies, n'ont pas vraiment porté au devant de la scène les agissements illégitimes et inhumains infligés aux Palestiniens (entre autres) par les gouvernements israéliens successifs, avec l'aval et le fervent soutien d'Oncle Sam, etc.

J'évoque bien entendu l'idéologie politique (mais chut... c'est 'tabou'), et non une religion, ou une 'ethnie' particulière, qui pourrait servir de bouclier afin de justifier... l'injustifiable. Pour Gaza par exemple, quand on extermine des milliers de civils sans défense - bébés, enfants, adultes, vieillards... déjà exsangues par leur quotidien dans ce ghetto - à l'uranium appauvri, ou au phosphore blanc (formellement interdits par les accords internationaux), pour soit-disant 'traquer les terroristes extrémistes', bombardant même des infrastructures de l'ONU... Ou quand on enferme dans la plus grande prison à ciel ouvert des êtres humains comme on enferme du bétail dans un enclos (ça ne vous rappelle rien ?), sans que les instances 'pacificatrices' ne bougent le petit doigt durant des décennies... la religion, l'altruisme, la tolérance, la compassion, etc. n'ont plus rien à voir là-dedans. Ou alors on ne parle pas de la même religion, ou du même 'altruisme'. Les éventuels amalgames ne sont qu'artifices.

Ah ça des poignées de mains et des beaux discours - avec un président US pour 'arbitre' - on en a vus et entendus sur plusieurs générations ! Concrètement le conflit est sournoisement instrumentalisé, entretenu. Cette région est un carrefour stratégique et convoité. Tout tient en un mot, ou plutôt deux : géo-stratégie... hégémonie. Cela fait plus de soixante ans que l'omerta internationale perdure (ONU quand tu nous tiens...), alors pourquoi ces marionnettes font-elles semblant d'ouvrir les yeux maintenant ? Mieux vaut tard que jamais, mais avec l'influence avérée et démontrée du Groupe Bilderberg, Commission Trilatérale, etc.  sur les protagonistes politiques européens et leurs 'décisions', et avec un peu d'expérience, il y a déjà comme une odeur de soufre qui émane de ces déclarations. Remarquez il y a peu la Grande Bretagne a lancé un mandat d'arrêt contre Tzipi Livni, ça progresse. Ce serait encore mieux si ce mandat avait une portée internationale.

Ou alors ces 'bergers' politiques ne peuvent plus faire autrement, car l'Humanité commence à comprendre les tenants et aboutissants de ce conflit 'éternel'... Le peuple commence à peine à ouvrir les yeux sur ce qui se passe réellement depuis la création d'Israël. Il  commence à savoir qui sont les 'cow-boys' et qui sont les 'indiens'. L'Europe serait-elle prête à accueillir un tel 'partenaire', bafouant ainsi ses 'valeurs' (hum...) fondatrices ?




.

Publié dans International

Commenter cet article