La Déclassification du FBI

Publié le par Aleth

FBI-Roswell.jpg

 

Le FBI (Federal Bureau of Investigation) vient de mettre en ligne 2.000 documents déclassifiés, en partie suite à des requêtes FOIA (Freedom of Information Act). Les responsables de cette publication retracent l'évolution depuis 1947. A l'occasion, ils dégagent toute responsabilité dans une éventuelle opération de couverture :

"Le FBI n'était pas directement intéressé à conduire des enquêtes sur l'éventuelle réalité des Ovnis et des extraterrestres. Selon ce que nous en savons, les premières implications du FBI remontent à l'été 1947 - l'époque du fameux incident de Roswell, au Nouveau-Mexique. Ensuite le Bureau eut à traiter des quantités de rapports d'objets volants - en forme de 'galettes', ou de soucoupes. Il avait même recueilli un témoignage concernant un gigantesque disque de scie circulaire qui aurait frappé un paratonnerre au sommet d'une église. La presse nationale titrait souvent sur de telles affaires.

De nombreux citoyens prenaient l'initiative de rapporter au FBI ces étranges manifestations. Ca leur semblait évident de s'adresser à nous, parce que le Bureau avait déjà enquêté sur des crashes d'aéronefs, comme celui du dirigeable Hindenburg dans le New Jersey en 1937, ou les bombes volantes lancées par le Japon vers les côtes du Pacifique à la fin de la Seconde Guerre Mondiale.

Le rôle majeur du FBI dans la protection du territoire pendant la guerre avait été largement apprécié, et le Bureau occupait une position centrale pour assurer la sécurité nationale au début de la Guerre Froide.

A ce stade, personne ne semblait savoir comment traiter les manifestations d'Ovnis. J. Edgar Hoover, directeur du FBI, admit que l'US Air Force - qui était alors intégrée à l'Armée américaine - devait légitimement prendre les choses en mains, mais il souhaitait que ses agents mènent des enquêtes sur toutes les récupérations de 'disques', en raison de leurs conséquences possibles quant aux missions du FBI.

Au tout début, l'Armée avait sollicité l'aide du FBI. Le 30 juillet 1947, le Bureau avait fait circuler cette note dans tous ses départements :

(B) Disques Volants - Le Bureau, à la demande du service de Renseignements de l'Armée, a accepté de coopérer aux enquêtes sur les disques volants... Je vous demande de traiter chaque rapport de manifestation d'objet volant qui vous serait communiqué, afin de déterminer s'il s'agit d'une observation légitime, d'une méprise, ou d'un canular.

Trois ans plus tard, cette attitude avait changé. Dans un mémo de Juillet 1950, le FBI déclara que "Les enquêtes sur les soucoupes volantes relèvent désormais de la juridiction de l'US Air Force et sont menées sous sa responsabilité. Toutes les informations reçues qui concerneraient ces affaires doivent être immédiatement transmises à l'Air Force, et le FBI ne doit pas mener ses propres enquêtes ni chercher à évaluer l'information obtenue."

A partir de là, le nombre d'affaires d'Ovnis soumises au FBI chuta considérablement. Le grand public et l'Air Force ne s'adressèrent plus à nous pour solliciter nos avis, contrairement aux premières années de la Guerre Froide.

Il y eut des exceptions. Par exemple, l'Air Force nous avait informés en 1977 qu'elle avait clos ses enquêtes pour son "Project Blue Book".

Nous avons également été consultés en 1988, au moment de la publication d'un document classifié de 1952 qui concernait un groupe top secret au sein du gouvernement, nommé "Majestic 12" - nous avions conclu qu'il s'agissait d'un faux." - Source

Une recherche sur cette base avec le terme "UFO" donne 215 résultats. Un exemple : "Cette note de service datée du 22 Mars 1950 émane de l'agent Guy Hottel, alors en charge du bureau de Washington. Elle est adressée au Directeur du FBI, et révèle que : "Un enquêteur de l'Air Force a déclaré que trois soucoupes volantes auraient été récupérées au Nouveau-Mexique."

Les disques d'un diamètre d'une quinzaine de mètres présenteraient un renflement au centre. Chacun était occupé par trois humanoïdes d'un mètre de haut, vêtus de combinaisons métalliques de texture très fine. Chaque corps était enveloppé de bandages, à la manière des parachutistes de haut niveau ou des pilotes d'essais.

Selon notre informateur Mr. [censuré], les soucoupes ont été retrouvées au Nouveau-Mexique parce que le Gouvernement y a fait installer des radars de forte puissance, et l'on pense qu'ils interfèrent avec le pilotage des soucoupes. SA [censuré] n'a procédé aucune autre évaluation à ce sujet." - Source

Source Ovnis-USA

 

_ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _

 

La Déclassification du FBI contestée

 

Sollicitée par le réseau FoxNews pour évoquer le sujet, le Dr Lynne Kitei (en charge du Phoenix Lights Network) ne voit dans toute cette opération qu'une forme d'intox, et rappelle que "ces documents étaient consultables depuis 1977".

Elle cite les enquêtes du Dr Bruce Maccabee, qui fut analyste de l'US Navy jusqu'en 2008. Le chercheur avait été le premier à obtenir les dossiers du FBI. Il a publié en 2000 un ouvrage titré "UFO/FBI Connection" où il s’est très clairement prononcé sur cette 'déclassification' qu’il a toujours considérée comme une manipulation.

Le Dr Lynne Kitei saisit cette occasion pour exprimer sa conviction que nous sommes visités depuis des décennies, voire plusieurs siècles. "En 1969, l'US Air Force concluait son 'Project Blue Book' en affirmant que les Ovnis ne représentaient pas une menace pour la sécurité nationale... Comment pouvaient-ils en être si certains, à moins d'avoir étudié la question de très près ?"
 

 

 

A noter que cette récente opération a par exemple permis au FBI de revenir sur les documents concernant le "Majestic 12", et de faire passer à nouveau le message qu'ils ne seraient pas authentiques...

Merci à Marie-Thérèse de Brosses qui m'a signalé cette interview.

 

Source Ovnis-USA

 

_ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _

 

La Déclassification du FBI - suite et fin

 

Robert Hastings (auteur de "Ufo & Nukes") confirme sur la liste UfoUpdates que le mémo de l'agent du FBI Guy Hottel, daté du 22 mars 1950 a bien été obtenu en 1977 par le Dr. Bruce Maccabee suite à une requête FOIA. Il ajoute : "Il ne concerne pas Roswell mais le prétendu crash d'Aztec... qu'un bon nombre de chercheurs préfèrent laisser de côté.

Reconnaissons au moins à Ben Radford, l'éditeur du Skeptical Inquirer publié par le CSI (Committee for Skeptical Inquiry - ex-CSICOP), qu'il a pour une fois raison." Voir ci-dessous. (*)

"Soit dit en passant, les enquêteurs Scott et Suzanne Ramsey seraient sur le point de publier de nouvelles informations sur l'affaire d'Aztec, qui infirmeraient selon eux la possibilité d'un canular. Je ne fais que vous passer le message.

Nous savons que les gens du CSI (et antérieurement du CSICOP) se sont régulièrement trompés sur le sujet des Ovnis. On pourrait d'ailleurs s'intéresser aux liens qu'entretiennent ses membres fondateurs avec les responsables des programmes d'armement nucléaire. Pour plus de précisions, voir sur mon site l'article : "Reporter Duped by UFO Debunkers".

 

Robert_Hastings3.jpg

 

Robert Hastings poursuit : "Concernant Roswell, l'information la plus crédible - même si elle est de seconde main - provient du Brigadier Général Arthur E. Exon, de l'USAF, qui peu après avait survolé la zone et déclara : "Un engin de l'espace a été récupéré à Roswell."

Il n'est surement pas innocent qu'en Juillet 1947, le 509ème groupe de bombardiers ait été basé près du terrain militaire de Roswell. C'était alors la seule base au monde disposant d'armes atomiques. En effet, divers documents déclassifiés attestent de la réalité des incursions d'Ovnis sur des sites nucléarisés, au moins depuis décembre 1948.

On trouvera également sur mon site les déclarations sous serment des sept anciens militaires de l'USAF qui ont participé à la conférence de presse que j'avais organisée le 27 septembre 2010 à Washington D.C. Tous ont été directement ou indirectement impliqués dans des incidents, toujours tenus secrets, sur des bases de missiles nucléaires. CNN avait retransmis cet évènement en direct. Mes amis, tout est souvent plus simple qu'il n'y parait. On doit faire ses propres recherches." - Robert Hastings

(*) Benjamin Radford s'interroge sur le mémo de Guy Hottel cité ici dans nos deux articles précédents : "De nombreux sites web et des tabloïdes comme the Sun annoncent qu'il est une preuve en faveur de l'incident de Roswell.

 

Benjamin_Radford.jpg

 

En réalité, ce mémo n'était pas secret, et ce n'est pas une nouveauté. Et il ne concerne pas Roswell.

Ce document circule dans les milieux ufologiques depuis la fin des années 90, et on s'aperçoit assez rapidement que l'agent Hottel ne confirme pas son contenu. Il n'a pas vérifié cette information; il rapporte tout au plus ce qu'un enquêteur de l'Air Force a entendire dire au sujet d'un crash de soucoupes volantes. C'est un témoignage de troisième main.

En outre, la description de "trois disques d'un diamètre d'une quinzaine de mètres qui présenteraient un renflement au centre" ne correspond pas au crash de Roswell en 1947.

Les témoins oculaires à Roswell ont raconté qu'ils avaient découvert des débris métalliques extrêmement légers, répandus sur une vaste étendue - et non trois soucoupes intactes avec chacune trois cadavres. En fait, ce mémo ne concerne pas Roswell, mais un autre prétendu crash au Nouveau-Mexique, près de Aztec en Mars 1948.

Le physicien et chercheur David E. Thomas, qui faisait partie du groupe des "New Mexicans for Science & Reason", avait découvert que l'informateur dont il est question dans le mémo était très probablement un faussaire du nom de Silas Newton, auteur d'un canular portant sur un crash d'Ovni, qui incorporait de pseudo témoignages.
 

Dave_Thomas2_small.jpg

 

Il avait essayé de convaincre des investisseurs qu'il avait accès à des technologies aliènes, et qu'ils allaient faire fortune. Une fois la supercherie découverte, Newton fut arrêté en 1952 et condamné pour fraude. Newton ne s'était pas contenté de raconter son histoire à l'enquêteur de l'Air Force; il l'avait confiée à bien d'autres personnes, dont un certain Frank Scully, travaillant pour le magazine Variety.

Dave Thomas a été plus précis, au point de parvenir à retracer toute la filière.

Il rappelle que "William Moore a expliqué comment l'histoire de Silas Newton est parvenue jusqu'à J. Edgar Hoover : Silas Newton en avait parlé à un certain Coulter (George Koehler, un employé de la radio KMYR de Denver), qui raconta l'histoire à Morley Davies.

Celui-ci alla la répéter aux vendeurs de voitures Ford Murphy et van Horn. Ce dernier en parla à Fick - un autre marchand de voitures. Fick alla rapporter ce récit à l'éditeur du 'Wyandotte Echo' de Kansas City."

C'est là que l'agent Guy Hottel avait trouvé sa source, ce qui explique comment son mémo parvint sur le bureau de Hoover, sur papier à en-tête du FBI. - Source
 

FBI-Guy_Hottel_small.jpg

 

Benjamin Radford conclut : "Au fond ce document n'était qu'une note de bureau. Il n'a jamais été classifié Top Secret, ni même Secret; en fait, cette supposée preuve d'un crash n'avait pas plus d'importance qu'une note de service pour réclamer des fournitures." - Source

Nick Pope, ancien responsable du Bureau Ovnis du Ministère de la Défense britannique, a résumé ses impressions dans une interview de quelques minutes sur Radio 5, une chaîne de la BBC :

"On en parle beaucoup en ce moment, mais c'est essentiellement parce que le FBI a présenté un nouvel habillage de son site web et a choisi de le nommer The Vault ("la chambre forte"), avec un moteur de recherches sur différents sujets qui sont entourés d'un certain mystère. Mais il n'y a rien parmi ces archives qui soit vraiment nouveau ou constitue la preuve irréfutable que tout le monde attend." - Source

Source Ovnis-USA

.

Publié dans International

Commenter cet article