Gaza-strophe, le jour d'après (ou quand France Télévisions se met à plat ventre devant le CRIF)

Publié le par Aleth


Gaza-strophe.jpg

Gaza-strophe, le jour d'après - signé Samir Abdallah et Kheridine Mabrouk - a été diffusé mercredi 10 février par France Ô, chaîne du groupe France Télévisions. Il devait au préalable être diffusé sur France 4 - bénéficiant de bien plus d'audience - mais le CRIF en a décidé autrement, et a fait pression lors de son dîner annuel afin d'annuler la diffusion sur cette chaîne (certains racontent que ce 'conseil' n'a aucune influence sur les autorités politiques françaises... Mais non il ne faut pas voir le mal partout...).

Ce documentaire exceptionnel relate le quotidien des Gazouis tout juste après l'opération 'Plomb Durci' (fin décembre 2008-début janvier 2009), véritable barbarie perpétrée contre des milliers de civils Palestiniens par Tsahal, sous ordres des autorités Israéliennes, et qui a perduré des semaines entières (avec en bonus des bombes au phosphore blanc et à l'uranium appauvri), aux yeux du Monde entier, sans que l'ONU ne bouge le petit doigt.

L'ONU justement, face aux pressions de tous bords, ne pouvant finalement pas faire autrement, a procédé à une enquête, et à l'établissement du rapport Goldstone, publié presque neuf mois plus tard, et a conclu aux crimes de guerre, voire crimes contre l'Humanité... des deux côtés !!! Pour rappel il y a eu 1400 morts du côté des Palestiniens (civils) et... 13 du côté des Israéliens (soldats). Le fameux deux poids deux mesures. Mais qu'en est-il des sanctions contre Israël, ou les responsables politiques de ce massacre ? Si la justice existait en ce Monde, ça se saurait.

Documentaire à faire circuler sans modération...



 




Mise à jour 14/02/2010


Gaza-strophe, le film qui a effrayé la direction de France TV

Que s’est-il vraiment passé à Gaza entre le 27 décembre 2008 et le 18 janvier 2009 ? Le « grand public » sait vaguement qu’il y a eu « une guerre » entre Israël et les « terroristes » du Hamas. Mais la vérité est que les médias, lors de l’opération « Plomb Durci », furent refoulés à l’extérieur du champ de bataille, qu’on peut – chiffres à l’appui – qualifier de champs d’extermination. Ce n’est que quelques semaines après à peine que nous sont parvenus les témoignages d’exécutions et autres armes destructrices tel que le phosphore blanc utilisé sur les civils.

http://img.over-blog.com/600x238/2/77/67/24/Images-2/GAZA-STROPHE_head.gif

Le film Gaza-strophe, le jour d’après nous offre des images et des témoignages exclusifs, le tout filmé de l’intérieur de la bande de Gaza.

 

Ce film devait initialement être diffusé sur France 4, mais la levée de boucliers « des réseaux qui n’existent pas » a convaincu la direction de France TV de ne pas diffuser le film sur France 4.* Et pour ne pas perdre totalement la face, le film a finalement été diffusé sur France Ô.

 

Les objectifs sont clairs :

1° Ne pas perdre totalement la face en évitant d’accréditer par la même occasion l’influence que peut avoir certains réseaux.

2° Réfuter de manière perfide la censure en disant : « Nous l’avons quand même diffusé ! »

 

Certes, ils l’ont diffusé … sur France Ô, la chaîne la plus modeste (en termes d’accessibilité du « grand public » et d’audimat) du groupe France TV. Il ne fallait bien entendu pas s’attendre à ce que ce soit diffusé sur France 2 à 20h30, mais le « changement de programme » annonce la couleur :

 

Ce documentaire montre des choses que les criminels et autres collaborateurs auraient préféré qu’elles fussent restées sous silence !

 

Ce n’est pas en agissant de la sorte qu’on aidera les « mal-pensants » à s’ôter de l’esprit que certains réseaux semblent être bel et bien influents …

 

* Le dîner annuel du CRIF, un lieu où on fait « des affaires » ?

 

Gaza-strophe, le jour d’après


http://img.over-blog.com/420x239/2/77/67/24/Images-2/little_gazaoui.jpg

.

Un film documentaire du franco-égyptien Samir Abdallah et du franco-algérien Kheiredine Mabrouk. Produit par Iskra, L’Yeux ouverts et RFO.

 

Synopsis : (par l’association France-Palestine)

 

Gaza-strophe. Le jour d’après, qui sort un an après l’abominable opération de guerre israélienne « Plomb durci » contre Gaza et sa population, témoigne de la dignité d’un peuple qui veut vivre coûte que coûte, qui s’accroche à la poésie et à l’humour comme à une bouée de sauvetage pour ne pas sombrer. Samir Abdallah et Kheiridine Mabrouk nous livrent des images insoutenables d’une guerre criminelle menée jour et nuit pendant trois semaines – du 27 décembre 2008 au 18 janvier 2009 – par l’armée israélienne, qui a causé un véritable bain de sang – plusieurs centaines de morts et des milliers de blessés – dont les séquelles et les conséquences sur la nature et la population perdurent encore.

Le film de Samir Abdallah et de Kheiredine Mabrouk nous donne à voir toute la tragédie vécue par la population de Gaza pendant les trois semaines de bombardements qui n’ont épargné ni les femmes, ni les vieillards, ni les enfants, ni les malades.

 

Ce que les missiles n’ont pas accompli a été achevé par les chars : maisons systématiquement détruites, usines, terres cultivées, arbres fruitiers, écoles …

 

Des images apocalyptiques et, au milieu des décombres, des hommes, des femmes, des enfants dignes dans leur douleur et leurs souffrances, criant leur impuissance face à l’injustice et à l’arbitraire imposés par un ennemi surarmé et tout puissant qui les tient sous le contrôle de sa suprématie technologique, à l’exemple de ce ballon dans le ciel contenant un radar qui surveille tout Gaza.

Gaza, une vaste prison de laquelle les Palestiniens ne peuvent sortir sans autorisation, comme cet agriculteur qui, depuis sept ans, n’a pu approcher de la délimitation frontalière, à quelques dizaines de mètres de son lopin de terre, sous peine d’être mitraillé. Des hommes et des femmes enfermés dans une bande étroite de quelques dizaines de kilomètres carrés, encerclés par le feu et les bombes au phosphore, des hommes et des femmes à qui on a tout enlevé, sauf leur dignité, leur enracinement à la terre de leurs ancêtres et leur humanité.

   

Car ces Gazaouis n’ont pas perdu ce qui fait l’essence de l’être humain. Et dans le désespoir le plus profond, ils en viennent à l’humour et à la poésie.

D’où, certainement, le titre du documentaire, Gaza-strophe. Il est à souligner que le rapport Goldstone* – du nom du juge désigné par les Nations unies pour conduire une mission d’établissement des faits à Gaza – présenté devant le Conseil des droits de l’homme des Nations unies, à Genève, le 29 septembre 2009, précise que « la mission conclut que le comportement des forces armées israéliennes constitue une grave violation de la quatrième Convention de Genève concernant les meurtres délibérés et la volonté de causer de grandes souffrances à des personnes protégées ».

 

« Elle a aussi découvert que viser directement et tuer arbitrairement des civils palestiniens est une violation du droit à la vie. »

 

Le rapport critique « la politique délibérée et systématique des forces armées israéliennes de cibler des sites industriels et des installations d’eau » et « l’usage de civils palestiniens comme boucliers humains ». Concernant les objectifs et la stratégie de l’opération militaire israélienne, la mission a conclu que les stratèges militaires ont suivi délibérément une doctrine impliquant « l’usage d’une force disproportionnée et suscitant de gros dégâts et des destructions de biens et d’infrastructures civils et des souffrances chez les populations civiles ».

 

* Télécharger le rapport Goldstone en français ici : Partie 1 | Partie 2

 

« Gaza-strophe n'est pas un simple film militant. (...) Il montre surtout la dignité d'un peuple face à l'adversité, et sa volonté de vivre, coûte que coûte. » (Télérama)


Comme le disent certains militants pro-palestiniens : « pour une fois on ne vous demande pas d’argent pour soutenir la Palestine, on vous demande juste de regarder ce film. »

 

N’en déplaise au « camp d’en face » …

http://img.over-blog.com/600x377/2/77/67/24/Images-2/GAZA-STROPHE_lobby.jpg

"Décidément, France Télévision devient vraiment un placard à poubelle ou la propagande sans droit de réponse (puisque la soirée est entièrement consacré à la négation du droit d’existence et de défense d’Israël) devient courante. Et dire qu’il y a encore des français qui payent ce genre de brûlot antisémite en acceptant la redevance TV !"

- JSS news -


Bonus : Gaza, le saviez-vous ?

 

Cet excellent film, émouvant à souhait, dont on n’a pas hésité à modifier la programmation télé, doit absolument être diffusé en masse sur le net. Merci à toutes celles et ceux qui relayeront ce film sur le net. Que ce soit via cet article, ou via les nombreux sites et blogs militants qui ont publié ce film également (Mecanoblog qui fut un des tout premiers, et les nombreux autres …).

 

Le site officiel du film : www.gaza-strophe.com

 

Source Génération M

.

Publié dans International

Commenter cet article