Fidel Castro : « Je suis prêt à continuer de discuter »

Publié le par Aleth

 

nuclear_weapons.jpg

 

Voilà deux jours, je regardais Vanessa Davies en train de conduire son programme « Contragolpe » de la huitième chaîne, Venezolana de Televisión. Elle dialoguait avec Basem Tajeldine, un Vénézuélien intelligent et honnête dont le visage respire la noblesse, et elle le criblait de questions. Quand j’ai allumé le téléviseur, ils parlaient de ma thèse selon laquelle seul Obama peut stopper la catastrophe.

L’idée du pouvoir incommensurable qu’on lui attribue est venue aussitôt à l’esprit de l’historien. Et c’est vrai, sans aucun doute. Mais nous pensons à deux pouvoirs différents.

Le pouvoir politique réel aux États-Unis, c’est la puissante oligarchie des multimillionnaires qui le détient, et qui gouverne non seulement le pays, mais le monde : le gigantesque pouvoir du Club Bilderberg que décrit Daniel Estulin, créé par les Rockefeller, et la Commission Trilatérale.

L’appareil militaire étasunien avec ses organismes de sécurité est bien plus puissant que Barack Obama, le président des USA. Ce n’est pas lui qui a créé cet appareil, ni l’appareil qui l’a créé, lui. Les facteurs principaux qui ont conduit un descendant cultivé et intelligent du secteur le plus discriminé des USA au poste qu’il occupe aujourd’hui ont été des circonstances exceptionnelles : la crise économique et la guerre.

En quoi réside le pouvoir d’Obama actuellement ? Pourquoi affirmé-je que la guerre ou la paix dépendra de lui ? Si seulement l’échange entre la journaliste et l’historien servait à éclaircir cette question…

Je le dirai autrement : le fameux attaché-case contenant les codes et le bouton permettant de larguer une bombe nucléaire est né de la terrible décision que cela impliquait, autrement dit le caractère dévastateur de cette arme, et de la nécessité de ne pas perdre une seconde. Kennedy et Khrouchtchev sont passés par cette expérience, et Cuba a failli être la première cible d’une frappe massive de ces armes.

Je me rappelle encore l’angoisse que traduisaient les questions que Kennedy avait chargé le journaliste français Jean Daniel de me poser, quand il avait su que celui-ci viendrait à Cuba et se réunirait avec moi. « Castro sait-il à quel point nous avons frôlé une guerre mondiale ? » Je lui ai demandé de retourner à Washington pour converser avec lui. C’est une histoire bien connue.

La question était si intéressante que je l’ai invité à sortir de La Havane et nous en parlions dans la matinée dans une villa au bord de mer, sur la fameuse plage de Varadero.

Nous ne nous racontâmes pas grand-chose en fin de compte, parce qu’on m’avertit aussitôt de l’attentat. Nous cherchâmes une radio des États-Unis, qui nous informa que le président venait d’être grièvement blessé de plusieurs balles.

Des mains mercenaires avaient commis l’homicide.

Pour la droite étasunienne, dont les mercenaires de la CIA débarqués à Playa Girón, il n’avait pas été assez énergique vis-à-vis de Cuba.

Presque un demi-siècle s’est écoulé depuis. Le monde a changé. Bien plus de vingt mille ogives nucléaires ont été mises au point dont le pouvoir destructif est 450 000 fois celui de la bombe qui détruisit Hiroshima. On est en droit de se demander : à quoi sert l’attaché-case nucléaire ? Un président peut-il par hasard diriger quelque chose d’aussi sophistiqué et complexe qu’une guerre nucléaire ?

Cet attaché-case est aussi symbolique que le bâton de chef qui reste aux mains du président comme de la fiction pure et simple.

Le seul fait significatif est que la Constitution des États-Unis stipule qu’une seule personne dans le pays peut donner l’ordre de déclencher une guerre, et ceci est maintenant encore plus important que jamais, parce qu’une guerre nucléaire mondiale peut se déclencher en une minute mais ne durer peut-être qu’un jour.

On peut se poser plusieurs questions. Quelqu’un d’autre que le président peut-il donner l’ordre de déclencher une guerre ? Kennedy a-t-il eu besoin d’une autre faculté pour attaquer à la baie des Cochons et lancer ensuite la guerre au Vietnam ? Johnson pour l’intensifier ? Nixon pour écraser ce pays sous les bombes ? Reagan pour envahir la Grenade ? Bush père pour attaquer le 20 décembre 1989 les villes de Panama, de Colón, pour détruire le quartier pauvre d’El Chorrilllo et y tuer des milliers de miséreux ? Clinton pour attaquer la Serbie et engendrer le Kosovo ? Bush fils pour réaliser son atroce invasion de l’Irak ? Je mentionne par ordre chronologique juste quelques-uns des forfaits les plus connus de l’Empire. Jusqu’ici, Obama n’a fait que recevoir l’héritage.

La vieille pensée ne s’adapte pas aisément aux nouvelles réalités.

Donc, j’ai soulevé cette idée, non qu’Obama soit puissant ou surpuissant. Il préfère jouer au basket ou prononcer des discours ; il a même reçu le prix Nobel de la paix que Michael Moore l’a d’ailleurs pressé de vraiment mériter maintenant. Sans doute personne ne s’imaginait alors - lui, moins que quiconque - que s’il suit en ces derniers mois de 2010 les instructions du Conseil de sécurité des Nations Unies, ce à quoi l’exhorte peut-être fermement un Sud-Coréen nommé Ban Ki-moon, il sera responsable de la disparition de l’espèce humaine.

Je suis prêt à continuer de discuter de ce point.

Source Le Grand Soir

.

Publié dans International

Commenter cet article