BHL ou l'inutilité à son paroxysme

Publié le par Aleth

 

BHL-keke.jpg

 

Bernard-Henri Lévy s'est encore une fois pris les pieds dans le tapis. Celui qui prêtait il y a quelque temps une existence réelle à un certain Jean-Baptiste Botul ne se lasse plus de faire rire la galerie. C'est qu'il se prend au sérieux avec ça.


Dans son bloc-notes du 1er juillet, le milliardaire 'philosophe' tente peut-être de créer la polémique en montrant du doigt les propos tenus par Frédéric Taddeï lors d'une interview accordée au magazine Les Inrockuptibles. Taddeï déclare en substance que les diverses invitations de Dieudonné dans l'émission Ce soir ou jamais sont bien la preuve qu'aucun 'lobby' spécifique n'exerce de pression pour le choix des invités ou l'accès aux grands médias, qu'il n'y a pas de 'complot' en ce sens (nb: malgré tout Dieudonné est considéré persona non grata dans le PAF depuis son sketch chez Fogiel, hormis de rarissimes exceptions. Ceci est un fait).


Ni une ni deux BHL s'est dit qu'il tenait là un sujet susceptible de faire son petit 'buzz', ou faire parler de lui (et c'est réussi pour le coup), a saisi sa plume préférée et, s'empressant de prendre à partie Frédéric Taddeï, s'est lancé dans une masturbation encéphalique digne des 'Histoires extraordinaires' d'Edgar Poe, avec la magie et le talent en moins. Ou comment obtenir un semblant de quelque chose à partir de rien.


En effet, au fil du bouillon ou de la soupe propagandiste, des questions existentielles tracassent Bernard-Henri:

"Que se passerait-il si M. Taddeï n'était pas là ? Où en serions-nous s'il ne se dévouait pour, en dialoguant avec Dieudonné, administrer la preuve que, contrairement aux apparences, il n'y a pas de complot juif ? Que deviendrions-nous si la télévision publique ne venait, dans sa très grande sagesse, de prolonger jusqu'en 2014 le bail de ce résistant et son droit à nous saouler avec les insanités d'un homme qui... [bla bla bla...]"


Et si ma tante en avait...(?) C'est touchant de constater à quel point BHL prend en considération le pourquoi du comment des problèmes fondamentaux en ce bas Monde, et ce pour un billet hebdomadaire.


Bref... Dans sa prose BHLienne le 'philosophe' commet une boulette qui vaut son pesant de cacahuètes. Cette fois-ci il ne confond pas un personnage fictif avec un personnage réel, il confond Frédéric Taddeï avec Rodrigo Taddei, un joueur de football italo-brésilien évoluant à l'AS Roma !!! Le bail prolongé jusqu'en 2014 concerne le club sportif et non le contrat qui lie Taddeï à France Télévisions. BHL ferait mieux de revoir ses fiches avant de piocher les informations au pifomètre via Twitter. Enfin il invite l'air de rien l'animateur à s'exprimer afin de justifier ses... 'égarements' relatifs à la liberté d'expression.


"Mais peut-être est-ce de l'intéressé lui-même que viendront le démenti, la mise au point ou, mieux, le complément d'analyse qu'espèrent tous ceux qui ne se résignent pas à voir le dilettantisme tenir lieu d'éthique, de politique et même de style. Attendons."


Il a dû attendre une semaine avant que Taddeï prenne la peine de répondre, pour mettre fin à ce jeu puéril destiné aux petits, pour mettre les barres sur les T et les points sur les ï.

 

Frederic-Taddei.jpg

 

"Dans le dernier numéro du Point, Bernard-Henri Lévy me consacre tout son «Bloc-notes», qu'il termine en attendant de ma part un démenti. M. Lévy est le seul à utiliser ce genre de procédé : écrire n'importe quoi et exiger ensuite qu'on le démente... Ceci n'est pas un démenti. C'est un droit de réponse à ses élucubrations. Prenant prétexte d'une longue interview publiée par Les Inrockuptibles, Bernard-Henri Lévy me reproche d'avoir dit que, si j'ai reçu trois fois Dieudonné en quatre cent cinquante «Ce soir (ou jamais!)», c'est pour montrer que Dieudonné n'est pas interdit de télévision, comme on le prétend sur certains forums Internet, qu'il n'y a pas de complot pour l'empêcher de s'exprimer et que j'en suis la preuve puisque je l'ai reçu - non pas pour tenir un meeting, mais pour débattre, face à des contradicteurs, sur sa conception de l'humour et de la liberté d'expression - et que personne ne m'a téléphoné pour interdire ou déconseiller sa venue.


C'est parce que j'ai dit «la preuve, la seule» que Bernard-Henri Lévy se «frotte les yeux» et se demande si j'ai bien relu mes propos avant parution - je ne les ai pas relus, mais c'est sans importance, je n'aurais jamais pu y voir tous les fantasmes qu'il projette sur ces quatre mots. Si je réponds que je suis «la preuve, la seule», c'est parce qu'on me demande pourquoi je suis le seul à inviter Dieudonné ! Dans son «Bloc-notes», le complot pour interdire Dieudonné à la télévision, dont je dis qu'il n'existe pas, est assimilé par M. Lévy à un «complot juif», puis au «complot juif mondial». Pour lui, je me présenterais comme la seule preuve que le complot juif mondial n'existe pas, ce qui voudrait dire que, sans moi, il pourrait bien exister ! On croit rêver... Il n'a jamais été question de complot juif dans l'interview, ni d'un complot juif mondial. Bernard-Henri Lévy parle tout seul et me demande de démentir les propos qu'il a lui-même tenus. Si, pour lui, dire que quelque chose n'existe pas, c'est lui donner de la réalité, c'est Bernard-Henri Lévy qui a un problème avec la réalité, ce n'est pas moi.


Et le voilà qui commet une de ces «confusions» dont il devient coutumier. M. Lévy, tout en feignant de s'en réjouir, semble reprocher à la télévision publique d'avoir prolongé «jusqu'en 2014 le bail de ce résistant» (c'est moi, le résistant). Le hic, c'est qu'il a pêché cette info sur Twitter, sans vraiment lire, selon son habitude, car le Taddei dont «le bail» a été prolongé jusqu'en 2014, ce n'est pas moi, c'est Rodrigo Taddei, un milieu de terrain avec lequel il me confond, et France Télévisions n'a rien à voir là-dedans, il s'agit de l'AS Rome, un club de football ! Je n'ai signé aucun contrat de longue durée avec France 3. Le président de France Télévisions peut mettre fin à mes fonctions s'il le désire. Mais c'est de son ressort, pas du ressort de Bernard-Henri Lévy. Je croyais naïvement que M. Lévy voulait être le Sartre de son époque. Je me trompais. Il se contente d'un rôle moins ambitieux : agent de la circulation médiatique. Il siffle quand ça lui déplaît, agite son bâton, demande les papiers, fait souffler dans le ballon. Heureusement que nous vivons en démocratie, sinon il nous passerait à tabac !"

 

Force est de constater que BHL aime à donner le bâton pour se faire battre. Qui sait peut-être préfère-t-il les peaux de banane aux tartes à la crème. Ah... la philosophie ! "Amour de la Sagesse" qu'ils disaient...

 

BHL_par_Mor.jpg

 

Publié dans France

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Cordelia_vo 17/07/2010 17:32



Quand les ignares diplômés prolifèrent, la bêtise fleurit joyeusement. (Jean-Luc Dion)



Médiactoeur 13/07/2010 06:10



BHL : une valeur de plus en plus démonétisée, à l'image des valeurs d'une époque qui en a fait une de ses icônes favorites et qui est en voie de décomposition ...