Bernard Kouchner a-t-il « une tête à vendre des organes » ?

Publié le par Aleth

 

http://www.mecanopolis.org/wp-content/uploads/2010/03/kouchner2.jpg Hashim Thaçi, alors chef de l’entreprise terroriste ALK [UÇK] avec le Premier ministre actuel
du Kosovo, Bernard Kouchner, alors administrateur onusien du Kosovo et actuel ministre des
affaires étrangères du gouvernement français de Nicolas Sarkozy, Sir Mike Jackson, alors
commandant des forces occupantes de l’Otan et actuel consultant pour une entreprise de
mercenaires à la Blackwater et le général Wesley Clark, alors commandant suprême de
l’Otan et à présent conseiller militaire d’Hillary Clinton.



En visite dans l’enclave serbe de Gracanica, au Kosovo, le ministre français de Affaires étrangères Bernard Kouchner a traité un journaliste de Voice of America de « fou » et de « malade ». Celui-ci lui demandait de commenter l’affaire de la « Maison jaune », maison qui aurait servi de clinique clandestine pour un trafic d’organes de civils serbes déportés en Albanie en 1999.

Budimir Nicic a demandé au chef de la diplomatie française de réagir à des accusations de familles de victimes selon lesquelles il aurait pris part à ce trafic. Bernard Kouchner a répondu en s’esclaffant : « La vente des organes ! Mais vous êtes malade, non ? J’ai une tête à vendre des organes, moi ? Mais vous êtes fou, vous croyez n’importe quelle connerie ! »

Quant à savoir s’il était au courant de l’existence de la « Maison jaune », Bernard Kouchner a répondu au journaliste de Voice of America : « C’est quoi, les maisons jaunes ? Quelles maisons jaunes ? Pourquoi jaunes ? Monsieur, vous devriez aller consulter. Il n’y a pas eu de maisons jaunes, il n’y a pas eu de ventes d’organes. Les gens qui disent ça sont des salauds et des assassins ! », a-t-il déclaré avant de s’en aller.

 

.oO(Le rire légèrement forcé de Bernard Kouchner)Oo.


Pourtant les allégations de trafics d’organes avaient été rendues publiques dans un livre publié par l’ancien procureur général du Tribunal pénal international pour l’ex-Yougoslavie (TPI-Y), Carla Del Ponte, La Traque, les criminels de guerre et moi (éd. Héloïse d’Ormesson, 2009). Des centaines de civils serbes auraient été kidnappés en 1999 au Kosovo par l’Armée de libération du Kosovo (UCK) et transportés vers le nord de l’Albanie où leurs organes auraient été prélevés et vendus au marché noir.


http://www.mecanopolis.org/wp-content/uploads/2010/03/delponte.jpg

Prenant ces informations très au sérieux, le parquet de Serbie pour les crimes de guerre avait ouvert une enquête sur cette affaire en mars 2008. En janvier 2010, un rapporteur du Conseil de l’Europe, Dick Marty, se rendait au Kosovo accompagné de deux enquêteurs. Enfin, le 23 février dernier, un haut fonctionnaire des Nations unies, Philip Alston, demandait à l’Albanie de coopérer pleinement à l’enquête. Les individus kidnappés auraient été séquestrés et opérés dans une maison aux façades jaunes, d’où le nom de « Maison jaune ».

Bernard Kouchner, qui fut Haut représentant des Nations unies au Kosovo entre 1999 et 2001, était en visite ce mardi dans la nouvelle commune de Gracanica. Il s’est rendu au monastère, puis à l’hôpital où il s’est entretenu avec Radmila Trajkovic.

Budimir Nicic, journaliste de Voice of America, s’est dit « blessé et insulté » par la réaction de Bernard Kouchner.


Source Novopress/Mecanopolis

.

Publié dans International

Commenter cet article