Alain Juppé sur la Syrie

Publié le par Aleth

alain_juppe.jpg

Alain Juppé, traître des Français, traître de la liberté humaine,

s'assied en face de l'institut Brooking répétant littéralement

les sujets de l'élite globale datant d'un mois.

 

Les mondialistes dégénérés visent une résolution de l’ONU contre la Syrie.

 

Le ministre français des Affaires étrangères, et co-comploteur criminel de guerre, Alain Juppé s’est assis en face de l’institut  Brooking, financé par des entreprises, déclarant qu’Assad - homme politique syrien – a perdu toute légitimité aux yeux de la loi, et que la France et ses « alliés » rallieraient une fois de plus l’ONU pour chercher à faire adopter une résolution contre la Syrie. Ironiquement, on ne peut pas dire grand-chose de plus sur la légitimité de Juppé, alors qu’il soutient bassement une oligarchie de financiers d’entreprise non élus via un think-tank qui crée la politique extra-juridique lui-même, et [qui crée] les politiciens traîtres tels des tampons en caoutchouc autour de lui, contre la volonté de son propre peuple,  sur une base quotidienne.

 

Les commentaires de Juppé, avec les accusations de l’Amérique que l’agitation le long des frontières d’Israël est financée par l’étranger justifiant ainsi le droit d’Israël « de se défendre » (abattre des protestataires), le tout tandis que les USA fomentent ouvertement la violence et l’agitation à travers la moitié du monde, signifient la transition du surréalisme politique à l’absurdité d’un cartoon. En effet, la violence en Syrie est entièrement le travail des États-Unis qui ont entrainé, financé, et armé les groupes d’opposition qui maintenant passent à l’acte, les doctrines ont été expliquées clairement, mot pour mot, dans le rapport du Brooking « quel le chemin en Perse ?« . Comme la violence augmente, cela devient difficile, de même qu’il fut fait en Libye, de continuer à dépeindre « les protestataires » comme étant pacifiques, au lieu des militants étrangers financés et des traîtres qu’ils sont en réalité.


La farce du « printemps arabe » a maintenant dégénéré en une guerre ouverte d’agression avec les Etats-Unis, le Royaume-Uni et la France en tête, remorquant derrière eux une impressionnante collection de dupes, des marionnettes et des traîtres partout dans le monde. Comme ils frappent la Libye jour et nuit après 2 mois d’escalade de guerre, ils tentent d’agir contre la Syrie et l’Iran avant  que toute leur légitimité politique ne soit gaspillée, et que la réalisation du grand public sur ce qui se passe réellement atteigne une masse critique. La fenêtre se ferme en Syrie et n’importe quelle tentative d’intervenir doit être faite, tandis que le monde peine toujours sous l’illusion que l’opposition porte paisiblement des pancartes, ne brandissant pas violemment des Kalashnikovs.


Le ministre des affaires étrangères Alain Juppé, répète les sujets de conversation du mois dernier du Brookings en face du think-tank lui même financé par les entreprises :

 

 

Maintenant plus que jamais, la tactique des « révolutions de couleur » doit être exposée, ainsi que les réseaux d’ONG et d’infâmes « sociétés civiles » qui les propulsent dans ces évènements. Nous devons aussi reconnaître, et non pas ignorer, les laquais stupides et serviles comme Alain Juppé, mais [aussi] les sociétés qui tirent ses ficelles tous les jours, et le fait que leur existence dépend seulement de notre complicité et protection quotidienne. L’art de la déstabilisation, de la destruction et du dépouillement des nations a été réalisé par des think-tanks comme le Brookings Institute, financés par des entreprises, mis en capsule résumé avec exactitude dans des documents comme « quel  chemin pour la Perse ? » Cela doit être stoppé en détruisant le pouvoir, la richesse et l’influence de ces sociétés de parrainage.

 

Source InfoGuerilla / Land Destroyer Report

 

Sarkozy ne rend pas de compte au peuple français,

il rend des comptes à Washington

 

Aux États-Unis, Paul Craig Roberts est une personnalité connue et respectée de la droite républicaine. Sous-secrétaire au Trésor dans l’administration Reagan, économiste renommé (y compris en France où Édouard Balladur, lui décernera la Légion d’honneur en mars 1987 pour son action en faveur d’un « renouvellement de la science économique »), chroniqueur du Wall Street Journal et du Business Week, il n’a pas pour habitude de mâcher ses mots. Ainsi dans un entretien accordé à Press TV, la chaîne d’information internationale iranienne en langue anglaise, Paul Craig Roberts dit ce qu’il pense des dirigeants politiques européens :

« On utilise les Français en Afrique, on utilise les Britanniques en Afghanistan, ce sont des pantins. Ces pays ne sont pas indépendants. Sarkozy ne rend pas de compte au peuple français – il rend des comptes à Washington. Le premier ministre britannique ne rend pas des comptes au peuple anglais – il rend des comptes à Washington. Ce sont des dirigeants fantoches d’un Empire, il n’ont rien à voir avec leurs peuples qui les ont élus.

La Grande-Bretagne, la France, l’Italie, l’Allemagne, sont des États pantins des Américains, tous appartiennent à l’empire américain. Donc ils font tous ce qu’on leur dit de faire. On a des troupes stationnées en Allemagne depuis 1945. Les Américains ont des bases militaires en Italie – est-ce un pays indépendant ? La France était d’une certaine façon indépendante jusqu’à ce que Sarkozy ait été placé au pouvoir. »

 

Source nationspresse

 

A lire également Opération Sarkozy ou comment la CIA a placé l'un de ses agents à la présidence de la République Française

.

Publié dans Nouvel Ordre Mondial

Commenter cet article