Afghanistan-drogue: la production multipliée par 40 depuis l'arrivée de l'Otan

Publié le par Aleth


Afghanistan-Pavot-1-5.jpg

La production de pavot à opium a été multipliée par plus de 40 en Afghanistan depuis que l'Otan y est présente, a annoncé jeudi à Moscou Viktor Ivanov, directeur du Service fédéral russe de contrôle des stupéfiants (FSKN). "Au cours des huit années qui se sont écoulées depuis l'invasion des Etats-Unis et de l'Alliance en Afghanistan, les récoltes de pavot à opium y ont été multipliées par plus de 40", a indiqué M.Ivanov.


Les hostilités en Afghanistan contribuent à la croissance de la production de stupéfiants dans ce pays et en stimulent le trafic vers la Russie, a-t-il poursuivi, ajoutant que l'intégralité de l'héroïne consommée en Russie était d'origine afghane.

Le directeur du FSKN a insisté sur la nécessité de conjuguer les efforts internationaux dans la lutte contre l'héroïne afghane.

"L'année dernière, l'héroïne afghane a tué plus de 100.000 personnes dans le monde, ce qui dépasse le nombre des victimes de la bombe atomique larguée sur Hiroshima", a souligné M.Ivavov.

Face au problème d'une "pandémie d'héroïne", le directeur du FSKN a appelé à la formation d'une large coalition antidrogue internationale, en relevant que l'Afghanistan produisait aujourd'hui deux fois plus d'héroïne que le monde entier n'en produisait il y a dix ans.

Source rian.ru


 

Que cherche l'Otan dans le "grenier" de l'opium ?


http://www.alterinfo.net/photo/grande-1886927-2583865.jpg?ibox
"Opération de nettoyage", "La grande offensive" dans le fief des Talibans ! Ce sont les grands titres que les médias occidentaux lancent en grande pompe pour assurer la couverture médiatique de l'opération manu militari, baptisée "Mushtarak" (ensemble) de l'Otan, sous la houlette des Etats-Unis avec la contribution des forces britanniques et afghanes. Mais en parallèle, ils parlent aussi du Helmand lui-même, pour le présenter comme le premier producteur de pavot, le centre du trafic d'opium, dont la culture permet aux Talibans de se constituer des fonds pour acheter toujours plus d'armes.

Tout cela est certes vrai. Pourtant, ce que les médias occidentaux veulent suggérer, lorsqu’ils diffusent informations et reportages sur cette opération, c’est faire croire à leurs interlocuteurs que les forces de l’OTAN cherchent, outre la répression des Talibans, à dominer Helmand pour ainsi éradiquer la culture du pavot et la production de l’opium et priver les Talibans des revenus astronomiques que ce commerce ignoble leur assure.

Mais quel est vraiment l’objectif du tandem Washington-Londres d’une telle opération alors qu’ils parlent aussi du dialogue avec les Talibans, voire leur collaboration au gouvernement de Hamid Karzai. S’agit-il de pur hasard, une telle présence des forces britanniques au Helmand ? Y a-t-il un lien entre cette grande opération, huit ans après l’offensive contre l’Afghanistan, et les efforts de l’Occident pour soi-disant légaliser la production des stupéfiants ?

Le bilan annoncé par des instances internationales - sur des revenus de la production d’opium en Afghanistan, parallèlement à la hausse de la culture du pavot, dans des régions où l’on constate une présence plus accentuée des forces britanniques, contribuant activement à cette opération - peut être, en quelque sorte, une réponse claire à ces questions. N’oublions pas que le président du Service fédéral russe de contrôle des stupéfiants (FSKN), Victor Ivanov a récemment annoncé lors d’une interview avec Sky News que les militaires britanniques, déployés à Helmand, n’entreprennent pas des mesures nécessaires pour empêcher la production des drogues. Il a même considéré les forces occidentales, notamment celles de la Grande-Bretagne, comme responsable de l’augmentation de la production des drogues dont l'héroïne.

D’après les chiffres qu’il a présentés, 60% des stupéfiants dans le Monde sont produits sous la responsabilité des forces britanniques dans le sud de l’Afghanistan. Plus de 90.000 hectares de terres concernent actuellement la culture du pavot, chiffre qui était estimé en 2004 à environ 25.000 hectares. Tout cela témoigne, de la meilleure manière, de la prétendue lutte de la Grande-Bretagne contre la culture du pavot et de la production de l’opium en Afghanistan. Ceci dit, il est simpliste de croire que l’opération au Helmand pourrait mettre un point final à la production d'opium et ouvrir une nouvelle page de projets de construction en Afghanistan.

Source french.irib.ir/

Publié dans International

Commenter cet article