L'être humain, une marchandise comme les autres

Publié le par Aleth



S'il y a un État américain dont il est difficile de ternir encore plus la réputation, c'est bien le New Jersey, qui a produit au fil des ans quantité de politiciens corrompus, d'avocats véreux et de mafieux impénitents.


Et pourtant, depuis hier matin, l'État de Tony Soprano est éclaboussé par un scandale qui ferait probablement honte au mafioso de la série télévisée de HBO. Dans un coup de filet spectaculaire qui a commencé à l'aube, le FBI a arrêté pas moins de 44 personnes pour corruption, blanchiment d'argent ou trafic d'organes, dont les maires d'Hoboken, de Secaucus et de Ridgefield, ainsi que cinq rabbins.

 

Le maire d'Hoboken, Peter Cammarano, âgé de 31 ans, a été interpellé 23 jours seulement après son investiture. Il est accusé d'avoir accepté un pot-de-vin de 25.000$, dont 10.000$ lui ont été versés jeudi dernier, selon le procureur fédéral du New Jersey. Sa ville, qui a vu naître Frank Sinatra, est située sur la rive opposée à celle de Manhattan. Au total, 19 élus et responsables locaux ont été arrêtés pour corruption.

«Ces personnalités politiques se sont vendues», a déclaré Ralph Marra, le procureur fédéral. «Elles vivaient dans un monde où l'éthique était inexistante.»

«Le problème de corruption dans l'État du New Jersey est l'un des pires, voire le pire dans la nation», a déclaré, de son côté, Ed Kahrer, un des responsables de l'enquête au sein du FBI. «La corruption est un cancer qui détruit les valeurs fondamentales de l'État.»

Les 15 autres personnes arrêtées ont été accusées d'avoir participé à un réseau de blanchiment d'argent qui des ramifications jusqu'en Israël et en Suisse. Au cours des 10 dernières années, ce réseau aurait recyclé des dizaines de millions de dollars par l'entremise d'oeuvres caritatives contrôlées par des rabbins du New Jersey et de Brooklyn, dans l'État de New York. L'argent blanchi provenait notamment de la vente d'organes et de faux sacs à main Gucci et Prada, selon Ralph Marra.


Ces religieux juifs «ont dissimulé leurs vastes activités criminelles derrière une façade de respectabilité», a déclaré le procureur fédéral.


Un homme de Brooklyn, Levy Izhak Rosenbaum, a été accusé de trafic d'organes pour avoir convaincu des donneurs israéliens de lui vendre pour 10.000$ des reins qu'il revendait 160.000$.


Un «témoin coopératif»


Le FBI enquêtait depuis 10 ans sur le réseau de blanchiment d'argent lorsqu'il s'est assuré l'aide d'un «témoin coopératif», il y a deux ans. Celui-ci aurait réussi à berner des membres de la communauté juive syrienne du New Jersey et de New York en se faisait passer pour un homme d'affaires ayant de l'argent sale à recycler.


Ce même témoin coopératif a également aidé le FBI en piégeant les élus et les responsables du New Jersey qui ne demandaient pas mieux que de recevoir des pots-de-vin pour faire avancer ses dossiers, selon les autorités. Il se faisait passer pour un promoteur immobilier auprès d'eux.


Le procureur fédéral n'a pas identifié le témoin coopératif, mais tout indique qu'il s'agit de Solomon Dwek, fils d'un rabbin qui dirige la synagogue de Deal, dans le New Jersey. Dwek, âgé de 36 ans, est lui-même à la tête d'une école religieuse. Il fait face depuis 2006 à des accusations de fraude bancaire pour avoir tenté d'encaisser un faux chèque de 25 millions de dollars.


Le scandale ne touche pas seulement des édiles municipaux. Joseph Doria, membre de l'administration du gouverneur démocrate du New Jersey Jon Corzine, a démissionné de son poste hier après que la police eut perquisitionné à son domicile. Doria lui-même n'a pas été arrêté dans le coup de filet.


Cette affaire tombe mal pour le gouverneur Corzine, qui fera face au jugement de l'électorat en novembre prochain.

«Toute corruption est inacceptable», a-t-il déclaré dans un communiqué. «L'ampleur de la corruption dont nous sommes témoins est tout simplement révoltante et ne peut pas être tolérée.»


Durant toute la journée, les chaînes de télévision new-yorkaises ont montré les images des élus du New Jersey, menottes au poignet, montant à bord d'un autobus qui devait les conduire vers Newark, leur lieu de détention, aux côtés de rabbins en habit traditionnel.


L'un des religieux arrêtés, Saul Kassin, est le grand rabbin de la communauté juive syrienne des États-Unis. Il dirige une synagogue à Brooklyn.

Source Cyberpresse

 



Publié dans International

Commenter cet article