Salah Hamouri ou les geôles israéliennes

Publié le par Aleth


"Le rôle du chef de l’Etat est de prendre en charge tous les Français. J’irai chercher les Français là où ils se trouvent." Nicolas Sarkozy
 

Force est a priori de constater que certains sont plus ou moins "Français" que d’autres.

Salah Hamouri, citoyen franco-palestinien de 24 ans, a été emprisonné en mars 2005 par les autorités israéliennes. Charges d’accusation : le délit d’intention. Il est accusé d’être passé devant le domicile du rabbin Yossef Ovadia, chef spirituel du parti religieux Shass, ce qui suffirait à prouver sa participation à une tentative d’assassinat (résumé de l'affaire ici).


Souvenons-nous du tapage médiatique pour Ingrid Betancourt, Florence Aubenas, Christian Chesnot, Georges Malbrunot, les infirmières bulgares, les membres de l'Arche de Zoé ou encore Gilad Shalit et j’en passe. En France, il faut dire que les détenteurs du pouvoir politique et les médias savent se démener avec zèle lorsqu’il s’agit d’alerter l’opinion publique.


Et c’est là que le "deux poids deux mesures" prend toute son ampleur. Malgré les nombreux appels au secours (de la part de la famille de Salah et diverses associations) notamment auprès de l’Elysée et du Ministère des Affaires Etrangères, les responsables politiques et les médias alignés font la sourde oreille. Le cas Hamouri ne semble intéresser personne dans les hautes sphères.


Alors qu'attend le Président de tous les Français - paraît-il - pour demander à Israël "pays allié de la France" la libération de Salah Hamouri ?

René Balme, maire de Grigny, inspire semble-t-il un peu plus de courage, de raison et de pragmatisme...


Salah Hamouri fait citoyen d'honneur à Grigny


Jean-Claude Lefort et sa rencontre avec Salah Hamouri



Publié dans International

Commenter cet article