2010 un bon millésime ?

Publié le par Aleth


2010-millesime-aleth
La nouvelle année commence à peu près comme les précédentes. Allez on se fait la bise... Des véhicules qui brûlent, puis après la gueule de bois et quelque repos, il est grand temps de reprendre le boulot ou ses activités habituelles. "Bonne Année"... "Bonne Santé"... comme si l'on désirait lancer un sortilège bénéfique à celles et ceux ayant reçu les voeux. Cette tradition ne mange pas de pain, et je chipote un peu, mais je cherche encore la signification et l'utilité de ce rituel... Us et coutumes ? Ok on va dire ça.

Alors que nous réserve l'année 2010 ? Sera-t-elle une "Bonne Année" ? Et si oui pour qui ?

Le Codex Alimentarius prend effet dès à présent (sans parler du Traité de Lisbonne entré en vigueur le 1er décembre 2009). Beaucoup de citoyens n'ont pas encore conscience des conséquences futures liées à leur alimentation, leur santé, leur quotidien. Les mesures en question, votées encore une fois dans le dos des citoyens (la règle dans bon nombre de domaines primordiaux), représentent un tournant, la mise en oeuvre d'un système totalitaire (un de plus) qui aura un impact considérable sur la liberté de choix de l'Humanité dans le domaine des besoins physiologiques, des médecines 'douces' ou 'alternatives', etc. C'est la privatisation totale d'un système. Alors merci qui ? L'OMC ? L'OMS ? L'OCDE ? Le Forum Economique Mondial ? Les lobbies et multinationales ? La Commission Trilatérale ? Le Council on Foreign Relations ? Le Groupe Bilderberg ? C'est l'empire Monsanto qui va être content, entre autres. Avez-vous reçu un courrier de la part du Gouvernement, ou de la Communauté Européenne, vous avertissant de ce changement radical ? Cela fait-il la une dans les médias 'alignés' ? Non ? Bizarre... La question à se poser : à qui va profiter le Codex Alimentarius ?

En ce qui concerne la géo-politique internationale, l'année 2010 ne risque pas d'être de tout repos. Après le récent envoi de 30.000 soldats US supplémentaires au Moyen-Orient, Barack Obama - la marionnette - démontre l'entêtement des autorités politiques US à maintenir et éterniser l'occupation illégitime en Afghanistan, en Irak, préparer les futures guerres d'agression contre le Yémen, le Pakistan et peut-être l'Iran (quelle serait la réaction de la Russie ou de la Chine en cas de frappes contre l'Iran de la part d'Israël et/ou des Etats-Unis ?). Tous les prétextes sont bons et cela va crescendo. Les 'belles résolutions' promises et répétées maintes et maintes fois par le nouveau Prix Nobel de la Guerre Paix lors de sa campagne présidentielle - la plus chère de l'Histoire US - ont fondu comme neige au soleil.

Retrait progressif des troupes, fermeture de la prison de Guantanamo, etc. Les promesses politiques n'engagent... vous connaissez la suite. Et la France et d'autres pays européens ne sont pas en reste. Que peuvent bien représenter ces 'terroristes fantômes', si insaisissables et si puissants que des centaines de milliers de soldats, ainsi que des armées privées, ne parviennent à éradiquer ? Que peuvent-ils bien représenter pour que des nations se permettent de rendre exsangues d'autres nations, de piller leurs ressources, de s'implanter comme bon leur semble, de massacrer des civils par millions depuis les prémices du nouveau Millénaire ?

Rappelons-nous les raisons 'officielles' pour lesquelles les Etats-Unis et les pays de la 'coalition' (collaboration) - "L'Axe du Bien" - ont envoyé des centaines de milliers d'êtres humains se faire tuer, ou tuer à leur tour, d'autres êtres humains ? Ben Laden ? Les 'terroristes' ? Les grottes 'high-tech' de Tora-Bora ? Saddam Hussein ? Les armes de destruction massive ? L'anthrax ? La légende perdure depuis le 11 septembre 2001. Tant de victimes ! Tant d'injustices ! Tant d'argent dépensé ! Tant de mensonges répandus et perpétués par les politiques et médias 'alignés' ! Tant de souffrances pour le bonheur d'un infime échantillon de la population mondiale, celle qui fait ce qui lui plaît, au détriment des besoins et désirs véritables de l'Homme. Au nom de quoi déjà ? Le bonheur des peuples ?

La situation n'est pas bien différente en Amérique Centrale, ou en Amérique du Sud. La CIA et ses ramifications ont ordre de contrer le sursaut populaire de plus en plus de pays. La Colombie pour l'exemple sert de pied-à-terre à Oncle Sam et ses bases militaires, en vue de renverser tout mouvement dans la région susceptible de ralentir les plans, l'agenda, le calendrier. C'est là aussi que l'on se rend compte du rôle de comédien de Barack Obama. Il marche sur les pas de G. W. Bush - et les prédécesseurs - c'est un pantin, il ne dénonce rien, il ne change rien. Quiconque creusant un peu la géo-stratégie contemporaine ne peut nier le fait que tout cela ne représente qu'une comédie... dramatique. Un 'noir' Président des Etats-Unis, c'est une révolution ! Qu'est-ce qu'on n'a pas entendu sur Barack 'magic' Obama...? Il est presque devenu le messie. Encensé à droite et à gauche, il est le 'chef de file' actuel du Nouvel Ordre Mondial. C'est la 'star' dans les conférences et autres réunions inutiles et tape-à-l'oeil.

Mais qu'est-ce qu'on en a à faire qu'il soit noir, blanc, jaune, bleu ... Barack Obama ???!!! Qu'est-ce qu'on en a à faire de ses 'beaux discours' avec son sourire angélique et sa voix de crooner ???!!! Il n'a rien modifié à la politique agressive des Etats-Unis. Il n'a pas remis en cause le système financier capitaliste abusif, ou l'aberration de la FED, banque 'fédérale' US (elle n'a de 'fédérale' que le nom. Il s'agit d'un cartel de banques privées, Rockefeller, JP Morgan, Chase Manhattan, etc...). Un peu après sa prise de fonctions il a vivement recommandé et encouragé le 'renflouement' (hum...) des empires bancaires, avec l'argent des citoyens, sans demander leur avis. Magouille profitant encore une fois aux mêmes, à ses maîtres.

Il est comme l'autre en France (ou ailleurs), il est aux ordres de ceux qui mènent véritablement la barque. Ce sont des acteurs, des comédiens, des marionnettes. Ces félons se contentent juste de suivre les directives provenant de "là-haut", Bilderberg et consorts. L'autre, puis Fillon et tutti quanti, ne souhaitent pas que la situation s'améliore. Leur boulot est de laisser le bateau couler... ordo ab chao. Comment expliquer que la situation empire, que les erreurs d'antan se répètent, et se répètent, et se répètent encore, durant des décennies, sans que rien jamais ne change au sein de ce rouage satanique ?

"Et vas-y que je te tape dans le dos au G20, allez les gars, on sourit pour la photo, on rigole, tout va bien. Zombies, peuples de la Terre, ne vous inquiétez pas, on a les solutions adéquates, préparées exprès pour vous, vous allez à peine les sentir passer. Un soupçon de vaseline médiatique et le tour est joué. Même si ça fait des décennies qu'on vous répète le même baratin, et qu'on maintient ce système avilissant, esclavagiste, sans tenir compte de vos envies ou désirs, faites-nous quand même confiance. Continuez de nous élire, et ne vous réveillez surtout pas. Continuez de nous engraisser, ainsi que nos maîtres, c'est pour votre bien. De toute façon on s'en tape, on fera partie de l'Histoire. Puis on touche des dizaines de milliers d'euros ou dollars par mois (vous avez dit backchich ? Spéciale dédicace aux chambres de compensation)
pour quelques réunions, commémorations, conférences, textes écrits par le(s) nègre(s), et on récite le discours comme un bon toutou, on fait le bon soldat, pour rassurer le peuple, un peu souffler sur les braises parfois, élection oblige, et vous dire 'les yeux dans les yeux' qu'on se met en quatre pour votre bien, pour votre bonheur, pour vous protéger. On est logé, nourri, blanchi aux frais de la princesse, avec votre pognon. On fait des voyages à l'oeil, putes en option. Et vous voulez qu'on quitte le poste ? La bonne blague... Il suffit juste de suivre les directives provenant de 'là-haut', et on se la coule douce du haut de notre (illusion de) grandeur..."

"On ira ensemble vers ce Nouvel Ordre Mondial, et personne, je dis bien personne, ne pourra s'y opposer..."

L'autre, ça, le roquet plein de tics.


La masse est considérée comme du bétail, les citoyens comme des pions. Le peuple souverain, ça veut dire quoi  ? Des esclaves ! Voilà ce que nous sommes, et nous le cherchons bien au fond, alors que nous avons les clés entre nos mains et dans nos têtes. Et pendant ce temps, là où le sang et les larmes coulent à flots...

Les complexes, lobbies militaro-industriels ne se sont jamais aussi bien portés. Les morts s'additionnent d'un côté comme de l'autre chaque jour qui passe. Le moral des troupes est au plus bas. De plus en plus de soldats se posent la question relativement à l'utilité et la légitimité de leur présence au Moyen-Orient ou ailleurs. De plus en plus de soldats comprennent les enjeux véritables de toutes ces boucheries. Ceci n'est pas nouveau, et constitue l'un des fils conducteurs depuis des siècles. Sauf qu'aujourd'hui les informations circulent de particuliers à particuliers à la vitesse de la lumière, et l'Humanité est en train de se réveiller - trop lentement à mon goût - d'un cauchemar qui perdure pendant que vous lisez ces lignes.

A l'arrivée ce sont toujours les mêmes qui tirent avantage et profit de cette barbarie. Ce ne sont pas les peuples, ce ne sont pas les morts, ce ne sont pas les nations en tant que telles. Pour résumer, l'argent n'a pas de patrie, et les 'guerres' peuvent générer des bénéfices financiers colossaux pour les multinationales économico-financières privées. Déjà à l'époque des guerres napoléoniennes des familles comme Rothschild utilisaient les guerres pour s'enrichir davantage, et peser un peu plus dans les sphères politiques et royales. Pour l'anecdote, juste après la bataille de Waterloo, Nathan Rothschild démultiplia la fortune de sa famille en manipulant les bourses européennes (* explication en bas d'article). Il devint ainsi l'un des 'princes' incontournables de la finance internationale. Les Rockefeller (d'origine Roquefeuille) - entre autres - ont dû attendre un siècle de plus pour connaître la gloire et la puissance d'une telle ampleur.

La crise ? L'année 2010 sera-t-elle celle de la 'reprise économique' ? Quels sont les signes ? Il n'y a qu'à constater la courbe du chômage qui grimpe inexorablement, ou les manipulations 'involontaires' du Gouvernement pour tenter de cacher une partie de la réalité quant au nombre réel de chômeurs ou 'non-actifs'. Tous ces ministres (?), ces députés factices (mais pas leurs honoraires), ce théâtre de Guignol qui fait croire que tout roule comme sur des roulettes, et que les protagonistes possèdent les solutions miracles afin de venir en aide au peuple. Que ce soit aux Etats-Unis, en France ou ailleurs, la crise n'a fait qu'empirer depuis septembre 2008. La valeur de l'or et autres métaux précieux n'a fait qu'augmenter. Aux Etats-Unis de plus en plus de citoyens vivent grâce à des tickets de rationnement. Et en général lorsque les Etats-Unis s'enrhument c'est le Monde qui éternue.

Le 'renflouement' des institutions financières privées par 'emprunt d'Etat' n'a servi à rien d'autre que d'enrichir un peu plus les gros actionnaires, les 'grandes familles'. Le système bancaire international a généré des profits records en 2009, malgré la 'crise', pendant que de plus en plus de citoyens perdent du pouvoir d'achat. Le principe des vases communicants est l'une des bases du 'capitalisme'. Alors, puisque le système économico-financier international à l'origine du malaise n'a pas été changé d'un iota par nos 'bergers' politiques... Puisque de nombreux pays sont en lice pour le 'dépôt de bilan'... Puisque de plus en plus d'entreprises, sociétés mettent la clé sous la porte... Puisque les départs en retraite s'accroîssent (conséquences du baby-boom, etc.)... Puisque le chômage poursuit sa hausse de semaines en semaines, entraînant la baisse du nombre d'actifs... Puisque de plus en plus de ménages ou foyers ne parviennent plus à mettre d'argent de côté, ou boucler les fins de mois, après avoir payé impôts et faux frais... Et l'inflation aidant... Pourquoi le système en son entier ne continuerait-il pas à sombrer dans l'abîme ? Tout cela n'était-il pas prévisible ? Sans parler du proche 'chant du cygne' du Dollar US, avec toutes les conséquences à prévoir, étant donné que le système monétaire international repose sur ce dernier.

Le virus de la 'grippe porcine' et les vaccins... Dans quelques jours, le 4 janvier, Roselyne Bachelot est assignée en référé au Tribunal de Grande Instance de Paris, en vue d'expliquer au peuple et à la 'justice' (espérons que celle-ci fasse son travail convenablement et raisonnablement) ce qui a pris au Gouvernement (et aux médias) de créer une véritable psychose à propos d'un virus qui semble plus bénin, et de loin, que la grippe saisonnière 'classique'. Où est cette 'peste noire' ? Où sont les cadavres dans les rues ? A titre de comparaison, la grippe saisonnière entraîne chaque année plus ou moins 5.000 décès en France. Et là il n'est pas question de 'pandémie'. Concernant la grippe A, à présent ce sont officiellement 12.220 personnes qui sont décédées dans le Monde (plus ou moins 200 en France).

Toute cette mascarade, cette supercherie apparaît au grand jour, au point que le Conseil de l'Europe s'apprête à mener une enquête, notamment au sujet de l'influence des lobbies pharmaceutiques sur les dirigeants politiques de différents pays, certains membres et responsables de l'OMS, et cette décision internationale - reprise en choeur par les médias - de placer cette pandémie imaginaire dans les priorités mondiales. Grâce à ce mensonge avéré, une partie conséquente de l'Humanité se rend compte que les politiques n'en ont que faire de la santé des citoyens, que les profits financiers et les copinages ont beaucoup plus d'importance à leurs yeux. Le pot-aux-roses est une fois de plus découvert. Et les médias 'alignés' se sont une fois de plus rendus complices.

Le 'changement climatique'... Là encore, il est on ne peut plus clair, depuis le fiasco du sommet de Copenhague, et depuis la démonstration flagrante de manipulations de la part d'organismes 'légitimisés' et 'politiquement corrects', responsables d'analyser le climat terrestre, que la pensée unique, la propagande internationale à propos du CO2 (menée par les mêmes qui ont voulu créer la terreur avec la 'pandémie virale') représente une ineptie, pour nous faire avaler un peu plus d'absurdités, et nous convaincre qu'une taxe internationale serait la solution miracle. Spéciale dédicace à Al Gore. Encore une fois, à qui profitent toutes ces mesures ? L'argent alloué à ces 'causes humanistes' serait bien mieux utilisé s'il servait par exemple à promouvoir la recherche relative à certaines énergies alternatives, permettant de faire fi des énergies fossiles ou nucléaires. Mais il ne semble pas 'économiquement correct' que le citoyen lambda puisse devenir autonome en matière énergétique.

Alors, que nous reste-t-il pour l'année 2010 ? De l'espoir ? L'espoir que toutes ces manipulations cessent une fois pour toutes ? Utopie quand tu nous tiens... Quand le peuple prendra-t-il majoritairement conscience que son Histoire lui a été volée ? Que la grande majorité des évènements les plus marquants ne serait-ce qu'au XXe Siècle jusqu'ici est entièrement dépendante d'une minuscule fraction de l'Humanité, qui n'est 'grande' que parce-que nous sommes à genoux.

Pour l'année 2010, je souhaite à toutes et à tous de réaliser dans quel monde nous vivons, et de trouver la voie afin de briser toute dépendance relative au Système. Nous ne pouvons et ne devons plus rien attendre du Système. La condition humaine se dégrade à vue d'oeil. La 'liberté' et la 'démocratie' s'estompent au profit de symboles, idéologies matérialistes et avilissantes, coups bas et trahisons fomentés contre l'être humain, lequel ne demande finalement qu'à vivre en paix, en harmonie avec ses semblables et la Nature. Toutes ces chimères politico-militaro-financières vont incontestablement à l'encontre du genre humain.


Mais à qui la faute si tout cela perdure ? Nous sommes ceux que nous attendons, et beaucoup semblent l'ignorer, ou ne pas y croire tout simplement, mais pour sûr le nombre fera la différence. Le défi restant bien évidemment la fédération, le rassemblement. J'ai conscience que les tenants et aboutissants ne sont pas aussi simples, en outre rien ne saurait arrêter des millions de révoltés en plein Paris - à Athènes, New York, etc... - virer l'autre à coups de pied au cul, et le juger pour haute trahison, ainsi que ses compères.

En France, constitutionnellement parlant, le rôle premier de l'armée est de défendre
le peuple coûte-que-coûte. Cependant avec les nouvelles 'directives' émanant du Traité de Lisbonne, remettant au goût du jour la peine de mort, à présent tout citoyen Européen, ou 'insurgé représentant une menace', pourra être abattu. Depuis le 1er décembre 2009 c'est légal. Mais combien de citoyens en ont-ils entendu parler ? Croyez-le bien, le bulldozer ne s'arrêtera pas, et continuera sur sa lancée, à moins que...

Sans esclave le maître n'est plus, et vice versa
.

 


(*) LA BATAILLE DE WATERLOO

 
Ce fut le meilleur coup réussi par la famille Rothschild qui avait élaboré, déjà à cette époque, un parfait système d'espionnage et de courrier dans toute l'Europe.

Le 20 juin 1815, un de leurs agents arrivant directement du champ de bataille informa Nathan Rothschild de la défaite des Français. Nathan se dépêcha en toute hâte à la Bourse de Londres, il fit croire en vendant toutes ses actions "English Consul" que l'Angleterre avait perdu la guerre. La rumeur s'ébruita si vite que la plupart des actionnaires, pris de panique, pensant tout perdre, vendirent à leur tour leurs actions "English Consul". Au bout de quelques heures, la valeur des actions était tombée à 5 pence, c'est alors que Nathan les racheta pour une bouchée de pain. Peu de temps après, la nouvelle officielle sur l'issue de la guerre se répandit à Londres. En l'espace de quelques secondes, le cours des "English Consul" dépassa à valeur première et ne cessa de monter.

Napoléon avait eu son Waterloo et Nathan avait obtenu le contrôle de l'économie anglaise. En une nuit, la fortune déjà gigantesque des Rothschild s'était multipliée par vingt.

Les Français avaient des difficultés à se remettre de leur défaite. En 1817, ils conclurent un accord pour obtenir un crédit d'un montant considérable de la banque française Ouvrard, et Baring Brothers de Londres, mais ils ne s'adressèrent pas aux Rothschild. L'année suivante, la France eut de nouveau besoin d'un crédit, mais écarta encore une fois les Rothschild. Cela ne plut pas du tout à ces derniers, et ils tentèrent par tous les moyens de convaincre le Gouvernement de les laisser faire, en vain.

Le 5 novendre 1818 survint un événement inattendu. Le cours des obligations du Gouvernement Français qui avait cessé de monter pendant un an commença soudainement à chuter. L'atmosphère était tendue à la cour du roi Louis XVIII. Les seuls à ne pas en être affligés, et même à en rire, furent les frères Rothschild, Kalmann et Jacob. Ceux-ci avaient acheté, en octobre 1818, une énorme quantité d'obligations du Gouvernement Français, à l'aide de leurs agents et à leurs réserves illimitées, obligations émises par leurs rivaux Ouvrard et Baring Brothers. Le cours des obligations était donc monté. Mais le 5 novembre 1818, ils se mirent à inonder d'innombrables obligations le marché libre des principales places commerciales d'Europe, ce qui provoqua une "panique" sur le marché.

La situation changea d'un seul coup, les Rothschild devinrent le "numéro un" en France. Ils bénéficièrent de toute l'attention de la cour française, au-delà même du domaine de la finance.

A Paris, la maison Rothschild s'était emparée du contrôle de la France après sa défaite, et à Londres, Nathan Rothschild contrôlait la "Banque d'Angleterre", exerçant ainsi une influence directe sur le Parlement Britannique.
 
Source Jan Van Helsing - Les sociétés secrètes et le pouvoir au XXe Siècle

.

Publié dans Nouvel Ordre Mondial

Commenter cet article

Mirzabad 12/01/2010 10:31


Sombre tableau... Avec cependant une lueur d'espoir: l'influence des blogs et des sites de libre information ayant eu pour resultat, entre-autres l'echec du diabolique plan de vaccination
obligatoire, et la prise de conscience des internautes et de ceux à qui ils répercutent leur savoir...
Souhaitons que ne vienne s'ajouter (pour 2010) à ce sombre tableau, une nouvelle mesure ou loi liberticide ayant pour objet le contrôle d'internet sous le fallacieux prétexte de lutte contre
la pédophilie ou le terrorisme, et dont le véritable but serait d'enrayer le contre-pouvoir que représente "notre internet"...

Et n'oubliez pas: éteignez vos postes de télévision! et déverrouillez les portes des conversations! (Cabrel, ou presque)